Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"
  • Date > 1990 (retirer)
  • Operation type > fouille programmée (retirer)

13 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00604.pdf (ARZANO (29). Kerangoarec. rapport de fouille programmée)
  • Fouilles sur un site à sépultures et enclos, à Kerangoarec commune d'ARZANO (Finistère) Fouille programmée Rapport année 1990 D. TANGUY FOUILLE PROGRAMMEE SUR UN SITE A ENCLOS ET SEPULTURES A KERANGOAREC, COMMUNE D'ARZANO (FINISTERE) PRESENTATION : La commune d'ARZANO est
  • fouilleurs, du 8 au 28 juillet 1990. La fouille s'est déroulée sur les parcelles 35 et 36, section YB du cadastre d'ARZANO, propriétés de Mr et Mme Lorcy de Nantes (parcelle 36) et de Mr Le Dreff d'Arzano qui ont aimablement donné leur accord. STRATEGIE DE FOUILLE : Malgré le sauvetage
  • . Fouilles dans la lande Meslan (M.) B u l l . Soc. P . 9- 8 ) TANGUY D. 1990 - S é p u l t u r e s et h a b i t a t s en A r m o r i q u e à l ' A g e d u F e r . Colloque A.F.E.A.F. Quimper mai 1988. R . A . O . S u p . n° 3 P . 139 - 1 5 2 . En p a r t i c u l i e r P . 1 4
RAP00734.pdf (PAULE (22). Saint-Symphorien. habitat protohistorique. rapport de synthèse de fouille programmée 1989-1990)
  • PAULE (22). Saint-Symphorien. habitat protohistorique. rapport de synthèse de fouille programmée 1989-1990
  • F I G U R E S S i t u a t i o n géographique 1 Plan général des s t r u c t u r e s 2 Vues aériennes des f o u i l l e s 1988, 1989 e t 1990 3 Phases s u c c e s s i v e s d'évolution du s i t e A Structures souterraines 5 S o u t e r r a i n n°l 6 Fosse
  • changement de tracé r o u t i e r s'est déroulée sous forme d'un sauvetage programmé dont l ' a i r e d'étude épousait l ' e m p r i s e de c e t t e n o u v e l l e v o i e d ' o r i e n t a t i o n Est/Ouest. Les deux s u i v a n t e s , effectuées en 1989 e t 1990, e t organisées en f
  • fossés, quasiment i n e x i s - t a n t e s sur ]'ensemble de l ' e m p r i s e , l e t r a c t o - p e l l e e s t utilisé de Fig; F o u i l l e s années 1989 e t 1990 m °3 manière i n t e n s i v e . C e t t e t e c h n i q u e permet de m u l t i p l i e r , sous un s t r
  • t u r e , c'est à d i r e l ' e f f o n d r e m e n t de l a voûte de l'une ou de l a s a l l e d u d i t souterrain. B i e n que nous ne soyons pas i n t e r v e n u s manuellement s u r c e t t e s t r u c t u r e affaissée au p r i n t e m p s 1990, p l u s i e u r s
  • i n t e r s e c t i o n s , permettante de ce f a i t une m e i l l e u r e interprétation s t r a t i g r a p h i q u e . ( f . i g n°12 B) Au cours de l'été 1990, une longue s e c t i o n dans l a q u e l l e o n t été ménagées c i n q coupes a été fouillée, ( f i g n°13, 14
RAP00477.pdf (PLÉDRAN (22). le camp de Péran. rapport de fouille programmée et rapport de restauration d'un corpus d'objets en fer)
  • RAPPORT DES FOUILLES EXECUTEES EN 1990 ELEEBâM (Côtes-d'Armor) Jean-Pierre Nicolardot. Chargé de Recherche au C.N.R.S, U;A. 880 au Musée des Antiquités Nationales Chargé de Mission des Musées Nationaux N° d'inventaire: 22 176 002 AH Cadastre 1957 Section G, n°64 à 69
  • Coordonnées Lambert Zone I Ax : 221,75 Bx : 97,15 Z : 160 m Musée des Antiquités Nationales Saint-Germain-en-Laye, l e 10 Janvier 1991, SE : 1. - Présentation du Camp de Péran p.2 2. - L'équipe de f o u i l l e s e t organisation des recherches p.3 3. „- Bilan des recherches en 1990 p,7
  • , l'enceinte fortifiée carolingienne d i t e Camp de Péran, implantée sur un substrat d'habitat protohistorique gaulois (La Tène moyenne e t f i n a l e ) , a f a i t l ' o b j e t de recherches en 1990 sur les s t r u c t u r e s médiévales de l ' h a b i t a t . En conformité avec l a p r
  • (Vice-Président de l a S.P.F. en 1990), Secrétaire du Conseil, a i n s i que par Colette Nicolardot, Ingénieur au C.N.R.S., membre de l'U.A. n°880 au C.N.R.S., Laboratoire au Musée des Antiquités Nationales à SAINT-GERMAIN-en-LAYE, chargée de l a formation des s t a g i a i r e s sur
  • , Professeur d'Art Plastique, ont assuré l e s démarches nécessaires à l a bonne organisation des t r o i s campagnes de f o u i l l e s qui se sont déroulées en Mai, Août, Septembre e t Novembre 1990. I l s ont facilité notamment les rapports avec l a municipalité e t l'équipe technique
  • I.B.M. q u i sera utilisée pour l a p u b l i c a t i o n des travaux. Les découvertes de l'année 1990 apportent notamment des précisions sur l ' a r c h i t e c t u r e de constructions a l l i a n t l a p i e r r e , l e bois e t l ' a r g i l e . Les mobiliers retrouvés en s t r
  • ) des contacts ont été p r i s , en Novembre 1990, en vue d'une collaboration, avec l e Centre d'Archéologie Médiévale de Saint-Denis e t son l a b o r a t o i r e de r e s t a u r a t i o n , spécialement pour l e traitement e t l a conservation des vestjges en c u i r . a i n s i
  • sur ces travaux menés à Sarup de 1971 à 1984 paru dans l e v o l . 7, 1988 (1990) archaelogy, Odense Unlversity Press. Journal of danlsh 3. Bilan des recherches de 1990: Concernant l ' a r c h i t e c t u r e on signalera l a découverte des vestiges d'un bâtiment sur sablière
  • , Conclusions et perspective? : L'apport des recherches de 1990 révèle des éléments nouveaux dans l e s domaines de l ' a r c h i t e c t u r e e t de l a typologie des mobiliers. En ce q u i concerne l e s constructions, on r e t i e n d r a particulièrement l a découverte d'un bâtiment sur
  • ' a c t i o n du feu, e t favorisée par l e m i l i e u humide dans l e p u i t s . On soulignera aussi, que l a diversité des mobiliers retrouvés en 1990, confirme les activités agricoles e t guerrières des occupants de l'enceinte au moment de sa d e s t r u c t i o n : o u t i l s
  • de céramiques et l a qualité de conservation de c e l l e s retrouvées dans le puits. Nous espérons avoir répondu aux p r e s c r i p t i o n s qui nous ont été adressées pour les travaux de 1990 e t avec l e concours de tous les spécialistes qui ont contribué aux résultats, en p
  • nombreux échanges s c i e n t i f i q u e s e n t r e p r i s en 1990 avec des spécialistes de pays de l'Europe du Nord, montre déjà l'existence e t l a volonté d'ouverture de notre équipe pour des contacts extérieurs. Concernant l ' o r i e n t a t i o n f u t u r e des recherches sur
  • x p o s i t i o n "La Scandinavie e t l'Europe de 800 à 1200" q u i se t i e n d r a au Grand-Palais à Paris, exposition qui sera déplacée à B e r l i n e t à Stockolm. Jean-Pierre Nicolardot. BlßUQCRAPHIE: ANDERSEN N.H. (1988) 1990 Two N e o l i t h i c Enclosures i n South
  • -West Furien, Journal of Danish Archaeology, vol.7, 1988 (1990), p. 93114, 28 f i g . . BAHR J. K. (1850) Die Gräber der Liven ein Beitrag zur nordischen Alterthumskunde und Geschichte. 1850, pl.XVI, n° 6, 7 e t 8. CHATELLIER P. (du), LE PONTOIS L. (1908) La sépulture Scandinave à
RAP00385.pdf (SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.)
  • SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.
  • LA GREE DE COJOUX SAINT-JUST, I l l e - e t - V i l a i n e , 1990 0 Autorisation n 1961 P 16 par J, BRIARD, M, GAUTIER, G, LEROUX Financement: Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, Ministère de l a Culture Direction scientifique : UPR 403 du CNRS, Université de Rennes I Direction
  • RENNES CEDEX SAINT-JUST - FOUILLES 1990 I. HISTORIQUE DES TRAVAUX Les monuments de l a Grée de Cojoux à Saint-Just sont signalés dès l e m i l i e u du XlVe siècle. L'abbé J. Brune dans son "résumé du cours d'archéologie professé au séminaire de Rennes" évoque S a i n t - J
  • u s t e t p u b l i e 1846, dans l ' A t l a s des vues, de monuments comme "cromlech" qui pourrait q u i l'accompagne en l e Fort S a r r a z i n e t un être un des dolmens à c o u l o i r de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e retrouvés en 1990. Le Baron J.M. B a c
  • programme de f o u i l l e Ceci f u t en p r i n c i p e t r i e n n a l comprenant l e s monuments du Château-Bu e t de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e pour 1990. II. ORGANISATION DES TRAVAUX L ' o r g a n i s a t i o n générale de l a f o u i l l e a été confiée à 1'UPR
  • (d'après C T . Le Roux, Y . Lecerf et M. Gautier, 1989) et zone de fouille 1990. Photos n° 1 et n° 2 - Saint-Just - Château-Bu après les incendies. 1 : Vue générale ; 2 : Dalles de schiste (Cliché 3. Briard). 111.2. Conduite de l a f o u i l l e La f o u i l l e de 1990 a eu l i e
  • problématique, 2 cabinets l'ouest, tombant latéraux, d'une dont malheureusement dans l'excavation des amorce de l a suite est chercheurs de trésor. C'est à ce niveau fouille Le qu'a été v o l o n t a i r e m e n t limitée l a de 1990. couloir du dolmen e s t l o n g de 5
  • . Il n'a pas été procédé à un p l u s l a r g e dégagement pour des r a i s o n s de sécurité. A i n s i mises au j o u r ces s t r u c t u r e s r e s t e n t fragiles l'hiver plastique mis en e t demanderont 1990-1991, un un programme système de avec rembourrage i n t e
  • successivement un relevé général ( f i g . : - a : t e r t r e t u m u l a i r e allongé n o r d - e s t sud-ouest 2W47) avec groupes. 1990 quelques pierres apparentes (parcelle réparties en deux Ce monument a f a i t l ' o b j e t de l a f o u i l l e p r i n c i p a l e de q
  • parement de b l o c s ( p a r c e l l e ZW44). Ce monument a été fouillé en 1953 sous l a d i r e c t i o n de P.R. G i o t e t en 1990 a f a i t fouille partielle complémentaire l ' o b j e t d'une e t d'une remise en état du monument. - c : petite tombelle i n d i v i d u e l
  • poteries à c o r r e s p o n d r e à une phase du Néolithique dans divers tertres tumulaires bretons (Carnac) e t d'affinité danubienne du Bassin P a r i s i e n . En 1990, une f o u i l l e menhir couché ( f i g . un de contrôle a eu l i e u 1 1 , A e t photo n° 1 1
  • a i n sous le menhir sous ce menhir E UT Fig. 11 - Saint-3ust. Tertre tumulaire de la Croix Saint-Pierre. A : zone fouillée en 1990 ; B : système d'entrée sud-est. - une couche d'humus récent - un h o r i z o n B p l u s a r g i l e u x , p l u s n o i r e t massif - un h
  • r i n c i p a l e opération de 1990 a consisté à un remodelage du tertre par un apport primitive. Le tertre de terre régularisé dameuse. Le p o u r t o u r du t e r t r e r e c o n s t i t u a n t l a surface a été ensuite a été complété tassé dans à la l a zone
  • - P i e r r e a p p a r a i s s a i t , nous l'avons vu précédemment, comme un ensemble unique. La f o u i l l e de 1990 a permis de reconnaître 2 ensembles côte à côte à dolmens à c o u l o i r . Ceci permet de comprendre des documents anciens qui effectivement comprenaient deux
  • -Pierre. Vue du parement en schiste côté nord (en haut). Vue du sondage 1990 sous la dalle couchée (Clichés 3. Briard). Photo n° 9 - Saint-Just Vue aérienne du tertre tumulaire de la Croix SaintPierre restauré (Cliché J.Briard). p o u r r a i t c o r r e s p o n d r e à l ' u n des
  • dolmens retrouvés en 1990 ( f i g 12.A). L ' a u t r e document e s t dû à A. Ramé. I l montre juxtaposition pierres des deux tumulus d'entourage nettement l a nord e t sud avec un nombre de supérieur à c e l u i connu en 1990 ( f i g . 12, B). En e f f e t l e dolmen nord
  • o u b r e u i l . La fouille de 1990 a permis de dégager comprenant un c o f f r e c h a l c o l i t h i q u e un tumulus un tumulus sud e t un dolmen à c o u l o i r e t nord comprenant un dolmen à c o u l o i r avec au c e n t r e une tombe secondaire de l'Age du
  • Bronze e t un menhir couché. La d i r e c t i o n du c h a n t i e r de 1990 a été menée par G. Leroux qui a assuré l e s relevés de t e r r a i n . La topographie générale ( f i g . 13) montre une hauteur maximum de 80 cm sur une b u t t e oblongue. Les carrés de f o u i l
  • pour la Fig. 16 - Saint-Just. La Croix Saint-Pierre est. Coffre chalcolithique avec son blocage. restauration de 1990 par une dalle de schiste de mêmes dimensions. La tombe appartenir en à coffre la série Chalcolithique e t du structures monument du de
  • , probable menhir reprises mais abattu dans qui avait une zone été déplacé limitée. Sa à plusieurs position de 1990 diffère quelque peu de c e l l e observée p a r A. Ramé à l a f i n du siècle d e r n i e r . Ce b l o c en s c h i s t e l o n g de 2,75 m e t l a r g e
  • a Grée de Cojoux menées en 1990 o n t apporté des renseignements importants inédits sur l e mégalithisme de Bretagne intérieure. On en r e t i e n d r a l e s éléments s u i v a n t s : la découverte au Château-Bu d'un dolmen transepté insoupçonné sous l a masse t u m u l a i r e
RAP00087.pdf (PLOUHINEC (29). kersigneau Saint-Jean. rapport intermédiaire de fouille programmée 1990-1991)
  • PLOUHINEC (29). kersigneau Saint-Jean. rapport intermédiaire de fouille programmée 1990-1991
  • F I N I S T E R E P L O U H I N E C K E R S I G N E A U R A P P O R T - S A I If ï - J E A DE F O U I L L E P R O G R A M M E E 1990 Ç ¿[¿y U- CiOUu tô hZt uu GIRCONSCaiPTION n, BORDEREAU RECAPITULATIF HISTORIQUE BRETAG-NE Date d'envoi RAPPORT DE . JîQIIimC
  • JÊTOEWMMBR Finistère .COALISAT ION PLOUITHEG Saint-Jean Kersigneau Kersigneau Saint-Jean ZA 98 Ax 88.700 Bx 88.800 Ay 359.550 By 359.6-50 Alt -45m JATES 30 Juin - 31 Juillet 1990 Années antérieures d'intervention 1986 - 198? - 1988 - 1989 ÏVof. P.-R. G-IOT INTERVENTION Motif
  • avait été plus largement fouillée par H. Le Carguet, qui en avait donné un plan idéalisé et fort inexact. Nous avions commencé à en dégager la partie méridionale en 1989, et l'objet principal de la campagne de 1990 a été de compléter son exploration et celle de ses abords, ainsi que
  • de préciser ses relations avec les tracés successifs des murets d'enceinte, si possible, malgré la proximité du muret occidental de clôture de l'établissement gallo-romain qui est venu perturber le secteur en lui empruntant des matériaux. La campagne, 1990 s'est déroulée des
  • . - D. Marguerie: Rapport d'études palynologiques 1988. 3 p. + 3 pl. - M.P. Ruas: Rapport d'analyse carpologique 1990. 2 p. - P.R. Giot et H. Morzadec (avec collaboration de D. Marguerie et Y. Onnée): Un enclos ceinturé du second âge du fer: Kersigneau Saint-Jean en Plouhinec
  • muret d'enclos / PLCKJHIKEC Kersigaeau Saint-Jean fv •Plan d'ensemble 1990
  • loin en fosse moyenne . M U Cd;'-: muret primitif de l'enclos muret fie l'enclos déporté porte sud « KSJ muret séparatif 1990 édifice sud-est photo-montage 3|lS WÊÊÊ RMMM. g l S * ' :j ¡ÉÉ&L mfrmm M m m premier muret de ceinture H • le ceinture après réfection
  • «ir,: KSJ I99O Maison S.E. vue du S.W. intérieur Kord) vu du S, intérieur Nord-Est vu de l'O. KSJ 1990 Maison S.E. Calage M.E. Calage au S. de la porte à l'O. iSKVi Posse à cendres au milieu de la zone K3J-C-615 Tesson décoré d'une frise K3J-C-561 Tesson orné de
  • QUATERNAIRE ARMORICAINS U.P.R. n°403 du C.N.R.S., Université de Rennes I, Campus de Beaulieu 35042 RENNES CEDEX - Tél. : 99 28 61 09 L'HABITAT GAULOIS DE KERSIGNEAU SAINT-JEAN (Plouhinec, Finistère) Rapport d'études palynologiques & anthracologiques Dominique Marguerie Décembre 1990
RAP01849.pdf (LOCMARIAQUER (56). la Table des Marchand. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • Programme triennal de recherches (1989-1991) Rapport intermédiaire (Campagne de fouilles 1990) avec le concours: — du Ministère de la Culture et de la Communication (Sous-direction de l'Archéologie) — du Centre National de la Recherche Scientifique (UPR 403) — de l'Université de Nantes
  • bien. Que chacun des acteurs de ce nouvel épisode reçoive ici témoignage de notre profonde gratitude. SOMMAIRE I - RAPPELS. A - Premier programme triennal (1986-1988). B - Deuxième programme triennal (1989-1991). II - ETAT DES LIEUX. III - MOYENS ET PLANS DE FOUILLES 1990
  • - LOCMARIAQUER - Vue générale sur les deux chantiers de fouilles, Er Vinglé à gauche et Table des Marchand à droite. La photo est prise à proximité du tronçon principal du Grand Menhir (septembre 1990 n°90.880) I - RAPPELS La Table des Marchand, l'un des fleurons de l'architecture et de
  • décapages en direction du Grand Menhir. Les recherches 1990 sont donc dans le prolongement direct de celles de 1989. En 1989, nous sommes sortis de l'emprise du cairn des Marchand proprement dit. Sous le niveau correspondant à la période de construction du monument, dans la direction
  • ; simultanément des déchets de débitage d'orthogneiss retrouvés près de ces fosses, juste dans le niveau d'occupation du cairn des Marchand, attestaient la date de ces destructions lors de l'édification de la grande tombe. 11 - ETAT U&S LIEUX Au cours de l'hiver 1989-1990, pendant
  • campagnes, offre, à chaque printemps, un triste spectacle. Dans la perspective assez proche de la remise en état du monument et de ses abords (en fait, les travaux ont commencé en juillet 1990 et se termineront en mars 1991), il conviendrait que la routine de l'entretien, du désherbage
  • MARCHAND «13go Rocher Sol d'occupation qallo-romain Perturbations modernes Le Grand Menhir 2 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Plan général des fouilles. Etat à la fin de la campagne 1990. En 1990, les travaux ont concerné les bandes XA-XI/4-26, ZA-XI/18-19, D-H/22-24, BJ/2-5
  • . Les foyers sont désignés F et les fosses de stèles fo. On remarquera, de 4 à 20 dans les bandes ZA à XI, les affleurements du socle, souvent exploités en petites carrières. III - MOYENS ET PLANS DE FOUILLES 1990 A - Considérations sur le fonctionnement. Commencée le 2 mai, la
  • , un autre secteur abandonné en 1989 pour des raisons de sécheresse a été achevé; il s'agit du rectangle D-H/22-24. 3 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Vue générale sur le grand secteur de fouilles ZA-XI/4-26 Zone des carrières et des stèles (septembre 1990 - n° 90.863). IV
  • MARCHAND - Zone des carrières, ZAXI/12-20 Remarquer l'orientation générale des diaclases du granité, (septembre 1990 - n° 90.718). 7 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Carrières d'extraction de granité. a - Traces de rubéfaction. (n° 90.452). b - Instruments en quartz en place dans
  • scelle les niveaux 9 pré-TdM, on observe quelques centimètres d'arène granitique pouvant venir des rejets de creusement des fosses de fondation de stèles. C - La zone des fosses de stèles : ZA-XI/21-26 La fouille réalisée en 1990 a agrandi un secteur de fouille ouvert en 1989 en ZA
  • - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Fosses de stèles et trous de poteaux, (septembre 1990 - n° 90.743). niveau de terre jaune stérile et le socle granitique altéré, et d'être bordées, sur une face, de pierres de calage. Il semblait déjà que ces deux cavités étaient alignées sur un axe
  • premiers décapages 1990 permettent de retrouver en F-G, au niveau du sol TdM, l'amas linéaire de pierres, déjà aperçu dans la bande 20-21, qui correspond à une sorte de ceinture d'éboulis ou de reliquat de destruction, à 6/7 mètres de la base du mur II du cairn (fig. 20a). Au-dessous
  • archéologique notées alentour ne se révélaient pas très fortes, il ne semblait pas d'une grande utilité de s'attaquer à ce secteur. En 1990, la rectification des limites du chantier et la levée des contraintes de fouilles vers l'entrée du cairn nous ont permis d'effectuer l'exploration de ce
  • bronze ancien. 36 - LOCMARIAQUER - TABLE DES MARCHAND - Poteries des niveaux tardifs. IX - CONCLUSIONS ET PERSPECTIVES Bien qu'une estimation superficielle puisse conduire à considérer les recherches de la campagne 1990 comme un simple prolongement de celles de 1989, il nous
RAP00049.pdf (LOCRONAN (29). montagne du prieuré, camp des salles. rapport de fp 1)
  • LOCRONAN (FINISTERE) MONTAGNE DU PRIEURE RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE 1990 PHILIPPE GUIGON i BORDEREAU RECAPITULATIF RCCNSCRIPTICN HISTORIQUE RAPPORT DE u FOUILLE PROGRAMMEE i SAUVETAGE PROGRAMME « LOCALISATION « « SAUVETAGE URGENT /X / / SONDAGE / Commune
  • N AGE" (iXe-Xe NERVATIONS CONTENU DU •1SSIER i• :'Rapport scientifique ... : Plans et coupes : Planches et dessins : Photographies légendées 41 p . + 5 p. 24 11 31 (annexe) siècle-.) LOCRONAN (FINISTERE) MONTAGNE DU PRIEURE RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE 1990
  • PHILIPPE GUIGON REMERCIEMENTS En dépit de températures excessives, les foui 1leurs de 1990 ont vaillamment travaillé, de surcroît dans la bonne humeur; merci donc à: Jeanne-Lydie François Christine Morgane Gilbert Barbara Isabelle Candice Ronan Lucienne Henri Françoise Guénaëlle
  • Toulouse-le-Mirail. Les numéros [en gras] renvoient aux illustrations placées en fin du rapport. INTRODUCTION [1; 2; 3] La campagne de 1990 s'est déroulée du lundi 2 juillet au samedi 28 juillet; elle a porté sur l'angle sud-ouest de la terrasse la plus élevée, c'est-à-dire à l'ouest
  • décision de fouiller à l'ouest du bâtiment 1, ne procède pas du hasard, puisque le pignon oriental du bâtiment 9 avait été déjà repéré à la fin de la campagne de 1989. Grosso modo. la fouille de 1990 confirme les hypothèses émises précédemment: on suggérait en effet d'interpréter le
  • entièrement mis au jour lors de la campagne de 1989, puisque la limite occidentale de la fouille se situait alors sur l'axe x = 95 (direction ouest-nord-ouest/estsud-est). Le plan de 1990 restitue l'aspect effectif de ce mur. Sensiblement perpendiculaire au mur sud, il mesure
RAP00471.pdf (PLANGUENOUAL (22). le Frêche Clos. rapport intermédiaire 1990 de fouille programmée 1990-1992)
  • PLANGUENOUAL (22). le Frêche Clos. rapport intermédiaire 1990 de fouille programmée 1990-1992
  • ~ RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE PLURIANNUELLE 1990 LE FRECHE-CLOS en Planguenoual Parcelles ZR 10 cadastre de 1984. itti O R A C' No COURRIER ARRIVÉE
  • d'argile cuite, provenant vraisemblablement des structures de cuisson. La campagne de fouille effectuée sur le site d'atelier de potier carolingien du Frêche-Clos en Planguenoual (22) s'est déroulée principalement en septembre 1990. Le site étant rebouché après chaque campagne pour
  • des besoins agricoles, un décapage au tractopelle a été réalisé sur les 650 m2 déjà ouvert en 1989. Les surfaces prévues pour la fouille de 1990 s'étendent de part et d'autre des zones étudiées en 1989. A l'issue des 20 jours de fouille effectués en septembre, une deuxième
RAP00364.pdf (RANNÉE (35). ligne Anne en forêt de la Guerche. rapport de fouille programmée annuelle)
  • ) Rapport de fouille programmée Autorisation n° 1955 du 18 juin 1990 Programme H 10 - Jean Çlaude MEURET - La fouille de 1990 a é t é r é a l i s é e s o u s l'autorité de la Direction d e s Antiquités de B r e t a g n e , r e p r é s e n t é e s par M. C.T. Le Roux, Directeur, et M
  • divers, toutes ces personnes ont permis que la campagne 1990 soit menée à. bien. Qu'elles en soient très sincèrement remerciées. t• Devant l ' i n t é r ê t d u s i t e de la Ligne Anne, e t son p o s s i b l e r a p p o r t a v e c le dépôt monétaire gaulois d é c o u v e r t à
  • i v i s é e en deux e s p a c e s i n t é r i e u r s , l'autre octogonale et nettement plus petite. Depuis trois a n s (1988, 1989, 1990), d e s s o n d a g e s ont été r é a l i s é s s u r la plus g r a n d e d e s e n c e i n t e s . La s t r u c t u r e t e r r o y é e , c o
  • enceinte dans l'angle Sud-Est. L'un des buts de la fouille de 1990 était de préciser la chronologie relative entre ces deux enceintes imbriquées. S'agissait-il d'une extension de la surface occupée ou au contraire d'une réduction ? Cette division pourrait-elle correspondre à des
  • fonctions différentes mais contemporaines Deux fouilles e x t e n s i v e s de part et d'autre du talus i n t e r n e donc été o u v e r t e s , prolongeant les s o n d a g e s d e s années p r é c é d e n t e s . ont L'autre objectif de cette année 1990 était d'essayer d'évaluer
  • r d u r e de la ligne Anne(NRl), les deux a u t r e s de p a r t e t d'autre du talus i n t e r n e p r è s d e s z o n e s f o u i l l é e s . Le n i v e a u de r é f é r e n c e choisi pour l'ensemble d e s s o n d a g e s 1990 e s t celui de NR2 (= + 109,87/NGF), NR3 se t r o
  • U T Z (Villes, vil ¡âges et caapigaes de l'Europe celtique, Hachette, 1990, p.68-104) Le point sur les constructions de l'Age du Fer en Armorique vient d'être fait et publié; parmi des plans classiques, ont voit apparaître quelques plans de maisons circulaires sur murs porteurs
  • ou sur poteaux plantés. ( Yves MENEZ, Marie-Yvane DAIRE, Jacques HYVERT, Loïc LANGOUET, JeanPaul LE BIHAN et Daniel TANGUY, Les bâtiments de l'Age du fer en Armorique, Les Gaulois d'Armorique... Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.126-128). Enfin, des fosses
  • , L'Armorique romaine, Braspars, 1984, p.15 et Commerce et Société en Arrnorique à l'Age du fer, Les Gaulois d'Armorique, la fin de l'Age du fer en Europe, Actes du colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.49-50. poteries découvertes en
  • le décors nouveaux (lèvres plates ou verticales, moulures 11 Marie-Yvane DAIRE, op.cit., p.87, fig.22, n°8. 12 Marie-Yvane DAIRE, Céramiques armoricaines et habitat à l'Age du fer, Actes du Colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest supplément n°3, 1990, p
  • deuxième. La 13 Antoine LE M E U R , Les cruches gallo-romaines en céramique commune, dans l'Ouest de la Gaule, Mémoire de maîtrise, Rennes 2, U E R des Arts, 1990, p.73 et pl.5, + communication personnelle. 14 Robert SENECHAL, Céramique commune d'Alésia : les cruches, Centre de
RAP00141.pdf (ARZON (56). Bilgroix. pointe de Bilgroix. rapport de fouille programmée.)
  • ,propriété communale.il a été classé M.H. par décret du 8 Mars TRAVAUX PRELIMINAIRES. Préludant a la campagne de fouilles de l'été 1990,un relevé topographique a été réalisé dans le courant du mois de mai.Les premières observations ont permis de noter l'orientation générale du monument
  • seconde dalle également incomplète déplacée vers le nord. CAMPAGNE DE FOUILLES 1990. Devant l'ampleur des ramassages antérieurs une fouille programmée nous a été confiée avec autorisation en date du 7-06-1990, programme P.16, l'objectif étant de rechercher les rapports éventuels entre
  • charge d'intendante a été assurée par Annick Lecornec. TRAVAUX REALISES EN 1990. Après décapage manuel de la couverture végétale et élimination des détritus divers encombrant le cratère laissé dans le cairn, deux zones de 4m de large ont été ouvertes, à l'est dans l'axe du cairn, et
RAP00071.pdf (LANDÉVENNEC (29). l'abbaye Saint-Gwénolé. rapport intermédiaire 1990 de fp 3 1990-1992)
  • LANDÉVENNEC (29). l'abbaye Saint-Gwénolé. rapport intermédiaire 1990 de fp 3 1990-1992
  • ec Ilandevenn 1990 71 Isandevennec 1990 Unive rsifé de Laboratoire Directeur Hf- Bretagne Fouille d'Archéologie : L _ P A P E et Rapport A . R. BA R D E L PERENNEC Les fouilles 1990 ont constitué la première phase d'une campagne triennale 1990-1992. Outre
RAP00218.pdf (MONTENEUF (56). les pierres droites, alignements de menhirs. rapport de fouille)
  • MONTENEUF Morbihan LES PIERRES DROITES alignements de menhirs 1990 LECERF Y. SOMMAIRE Rapport de fouille : 1 - 14 PHOTOS Vues du secteur Bl : Vues du secteur Ml, M2, M3 : (vues d'ensemble) Vues du secteur Ml, M2, M3 : (détails des structures Ml) Vues du secteur Ml, M2
  • . C'est pourquoi, nous demandions une seconde campagne pour l'année 1990. LÀ FOUILLE 1990 Lorsque juillet 1990 nous retrouve sur le site des PIERRES DROITES, nous l'abordons avec un programme de travail préalablement établi. Notre intervention doit s'articuler autours de quatre
  • limites de la parcelle étudiée. Une rapide prospection dans la végétation environnante confirme la présence de grosses masses de schiste. L'ETUDE DES SOLS LA RECHERCHE DES FOSSES D'ERECTION ET DES STRUCTURES ANNEXES Les fouilles entreprisent au cours de l'été 1990 devaient étendre et
  • décapage pour espérer les même constatations. SECTEUR M 14 (Cf. plan M 14) L'intervention de l'année passée avait déjà fait apparaître une dalle quadrangulaire dépassant à peine de la surface du sol. L'été 1990, continuant notre travail, par l'extension et la pénétration du secteur
  • avons mis en évidence au cours des campagnes 1989 et 1990 cinq lignes de menhirs cdmplétées par des structures secondaires inconnues à ce jour. En effet les plaques et le bloc encadrant au Nord et au Sud la partie Ouest de la file B peuvent s'apparenter à un parement dont on peut
  • Evolution du chantier u 0> secteur Bl secteur Ml M2 M3 75" Q o sondage c^7 fouilles 1989 | | fouill es 1990 Z2 inventaire 1989 inventaire 1990 CD a jne B . Plan et élévation 0 5 Secteur B1 P.R. B eur 1 M1, .M 2 , M 3 cteur an 2 M1.M2.M3 Secteur M 10
RAP00211.pdf (LOCMARIAQUER (56). le tumulus d'er grah. rapport intermédiaire de fouille programmée 1989-1991)
  • Charles-Tanguy LE ROUX, Jean-Yves TINEVEZ, et Eric GAUME Yannick LECERF LOCMARIAQU EE R TUMULUS PROGRAMME RAPPORT TRIENNAL D DE INTERMEDIAIRE TRAVAUX FINANCES PAR EER-GR/XH FOUILLES - 1989 - 1991 CAMPAGNE 1990 : - Le Ministère de la Culture et de la
  • DE FOUILLES 1989 - 1991 RAPPORT INTERMEDIAIRE - CAMPAGNE 1990 Travaux présentés par : - Le Ministère de la Culture, de la Communication et des Grands Travaux, - Le Département du Morbihan, - La Commune de LOCMARIAQUER. DIRECTION REGIONALE DES AFFAIRES CULTURELLES DE BRETAGNE
  • CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES LOCMARIAQUER - ER GRAH - 1990 La campagne de fouille 1990 d'une durée de quatre mois comme en 1989 (juin à septembre), a vu la poursuite des travaux des années précédentes en divers points du site et suivant les deux orientations principales adoptées en 1989
  • . - A l'extrémité sud du site, le secteur H, ouvert en 1989 a été achevé en 1990 par la fouille des banquettes résiduelles. A l'ouest de l'extrémité sud du monument, devant le parement de façade ouest, un nouveau secteur J a été ouvert après raclage des remblais superficiels (gravier du parking
  • étant mise sur étais. Les recherches ont pu reprendre en 1990, parallèlement au chantier d'entreprise. Le principal problème concerne l'entrée est ; un bourrage de très gros moellons y bloque l'espace entre deux parements faisant liaison des parois nord et sud de la chambre avec le
  • matériaux de construction abandonnée ou d'un aménagement lié à une activité devant la façade peut désormais être envisagée (cf. infra). III - B - Résultats complémentaires dans le secteur E (F.52. G.5Q. G.51r G.52. H.5Q. H.51. H.52) En 1990, la fouille du paléosol a été reprise sur
  • nord-sud de trous de poteaux à calage et de certains "trous de piquets" prouve la contemporanéité de cette structure linéaire en matière périssable et de l'édification du noyau de l'extension sud. De plus, le bon état de conservation du dernier calage nord (Tp 7 1990) , au pied du
  • fosse et de cette dernière ne fait pas de doute. (La faible sédimentation brun clair C.2.1.2.b. scelle le niveau commun du foyer fr 3 et l'empierrement C.2.2.a.). - En revanche les structures est, telles que le foyer fr 1 (1987 - G 52), le foyer fr 4 (angle nord-est de G 52 - 1990
  • ) et la structure S2 (angle nord-est de H 52 1990) sont incluses plus profondément dans le paléosol brun foncé (C.2.3.), position qui pourrait indiquer une antériorité. Cependant cette hypothèse est atténuée par plusieurs remarques : . les foyers fr 1 et fr 4 sont établis dans une
  • du monument ; ceci peut être à l'origine d'une sédimentation plus importante dans les carrés F, G, H-52. III - D - Hypopthèses de travail 15 Pour résumer, en fonction des données supplémentaires acquises en 1990 sur le secteur E, l'hypothèse suivante peut être émise : a) Le
  • cairn primaire est bâti sur un sol aménagé et égalisé, très anthropisé sous la partie est du cairn. Le démontage des éboulis à la base de la façade sud en 1990 a fait apparaître une sorte de "micro-glacis" de terre brune, résultat possible d'un raclage du paléosol pour former une
  • ouverte au cours des campagnes précédentes dans le secteur sud-ouest du parking avait permis de mettre au jour les limites du cairn dans le secteur J. Le travail, entamé au cours de la campagne 1990, révèle une succession d'interventions et de remodelage des niveaux archéologiques
  • -ouest de l'extension sud, reprise des secteurs J, K, L, fouillés superficiellement en 1990. ANNEXES SCIENTIFIQUES I Fouilles archéologiques de Locmariaquer-Er Grah RAPPORT D'EXPERTISE ARCHEOZOOLOGIQUE DE LA FOSSE A OSSEMENTS (H51) par Jean-Denis VIGNE, URA 1415 du C.N.R.S
  • . Durant la campagne de fouille 1990 sur le site de Locmariaquer-Er Grah (Morbihan; fouilles C.-T. Le Roux), a été dégagée une fosse elliptique d'environ 3 x 4 m. Elle est située à quelques mètres au S-S-E du dolmen. Son remplissage est scellé par le limon clair de la construction du
  • grand tumulus reliant le caveau carnacêen au grand menhir de Locmariaquer, ce qui ne laisse aucun doute sur l'âge néolithique de cette fosse. Le remplissage est pauvre en artefacts, mais contient des restes d'ossements. Durant l'été 1990, la fosse a fait l'objet d'un sondage, suivant