Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

12 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00534.pdf (le canton de Paimpont (35). rapport de prospection inventaire)
  • le canton de Paimpont (35). rapport de prospection inventaire
  • 35
  • Année Rapport de Prospection 199Q Inventaire métallurgique ht la région ht pmmpsmt B\UB RAPPORT RESPONSABLE COLLECTIF : GUY LARCHER SOMMAIRE Les sites métallurgiques de la région de PAIMPONT (35) INTRODUCTION 1. Historique de la recherche sur les Forges de Paimpont 2
  • du rapport du sondage du Perray En 1909, nous tentions un rapprochement possible entre ces sources écrites et le site sondé du Perray, situé à moins de 1 kilomètre du village du Gué. En 1990, nous avons découvert vingtaine de sites à scories. autour de ce village (voir
  • , avec l'accord du propriétaire, procédé à un nettoyage externe au début de 1990). Dans le village des Forges, un autre bâtiment, notamment, est digne d'intérêt: il s'agit de l'atelier des laminoirs qui, lui aussi, est en grand danger . . Un autre site, celui de la Penderie
  • d'envisager une métallurgie ancienne (?) centrée sur ce ferrier... -35- . Le Vert Pignon (Telhouët): (F4 et F5) Actuellement dans un petit bosquet entouré de parcelles cultivées, ce ferrier bien visible (voir photos aériennes) ne semble pas être en connexion avec un réseau hydraulique
  • colorées sont distantes de quelques de mètres seulement. Ces exemples font penser aux observations de en Belgique (communication aux Rencontres H, 1990). Celui-ci a fouillé des bas fourneaux, sols rubéfiés dans des secteurs et des zones I! -39- Monsieur Pol DEFOSSE de Bourges
RAP00406.pdf (SAINT-PÈRE-MARC-EN-POULET (35). la mare. rapport de sondage)
  • SAINT-PÈRE-MARC-EN-POULET (35). la mare. rapport de sondage
  • 35
  • I BORDEREAU RECAPITULATIF ^CONSCRIPTION HISTORIQUE I RAPPORT DE FOUILLE PROGRAMMEE I SAUVETAGE PROGRAMME / / / / SAUVETAGE URGENT SONDAGE LOCALISATION I I Commune Saint Pére Marc en Poulet Lieudit : du cadastre I.G.N Local La mare : 35 306 16 AH : année 1955
  • parcelles D 201-202 : Ax 287,00 Ay 106,00 Alt. 10 m. Bx Bv Coordonnées Lambert Autorisation (n , date) : 90-20 AH Intervention (début et fin) I : 3-4 mai 1990 Années antérieures d'intervention .. : INTERVENTION ( llTE 1984 Responsable : L. BEUCHET Motif d'intervention
RAP00410.pdf (SAINT-PÈRE-MARC-EN-POULET (35). la mare. rapport de sauvetage urgent)
  • SAINT-PÈRE-MARC-EN-POULET (35). la mare. rapport de sauvetage urgent
  • 35
  • MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION CIRCONSCRIPTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE RAPPORT DE SAUVETAGE URGENT L_A MARE SAINT F>ERE MARO EN POULET ILL L. E ET VILAIN E BEUCHET - M . L . HERVE - JUIN 1990 - T 5S0 581 i • CD CD \ MARE cn CD CD CADRE
  • DE L'INTERVENTION L a C i r c o n s c r i p t i o n d e s A n t i q u i t é s d e Bretagne a été avertie le 20 avril 1990 p a r la D i r e c t i o n d e s R o u t e s d u Conseil G é n é r a l d ' I l l e - e t - V i l a i n e , d e la d e s t r u c t i o n p a r t i e l l e d u
  • arrêtés, a v e c l'accord du Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, maître d'ouvrage. U n e p r e m i è r e o p é r a t i o n , m e n é e les 3 e t 4 m a i 1990, s ' e s t limitée à u n n e t t o y a g e d e s c o u p e s d é j à r é a l i s é e s p a r les terrassements, ainsi q u ' à u n
  • o m p l è t e p a r les travaux rôutiers, a v e c u n c a l e n d r i e r d e c e s t r a v a u x intégralement financés p a r l'aménageur, s ' a c h e v a n t a u d é b u t de l'automne 1990, a é t é p r o p o s é a u m a î t r e d ' o u v r a g e . Le b u r e a u d u Conseil
  • 11 a u 23 juin 1990 par une équipe de deux contractuels assistés de quelques bénévoles. MODALITES DE L'OPERATION Elle s'est déroulée en deux t e m p s : La première semaine a é t é consacrée à la rectification, à l ' i n t e r p r é t a t i o n e t a u d e s s i n d e s coupes
  • opération, si elle était envisagée, d e v r a i t en conséquence être programmée sur deux étés. Le coût global de ces fouilles succesives correspondra t r è s p r o b a b l e m e n t à l'estimation haute de 598.000 F proposée au m a î t r e d ' o u v r a g e durant le m o i s de mai 1990
RAP00385.pdf (SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.)
  • SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.
  • 35
  • LA GREE DE COJOUX SAINT-JUST, I l l e - e t - V i l a i n e , 1990 0 Autorisation n 1961 P 16 par J, BRIARD, M, GAUTIER, G, LEROUX Financement: Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, Ministère de l a Culture Direction scientifique : UPR 403 du CNRS, Université de Rennes I Direction
  • RENNES CEDEX SAINT-JUST - FOUILLES 1990 I. HISTORIQUE DES TRAVAUX Les monuments de l a Grée de Cojoux à Saint-Just sont signalés dès l e m i l i e u du XlVe siècle. L'abbé J. Brune dans son "résumé du cours d'archéologie professé au séminaire de Rennes" évoque S a i n t - J
  • u s t e t p u b l i e 1846, dans l ' A t l a s des vues, de monuments comme "cromlech" qui pourrait q u i l'accompagne en l e Fort S a r r a z i n e t un être un des dolmens à c o u l o i r de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e retrouvés en 1990. Le Baron J.M. B a c
  • programme de f o u i l l e Ceci f u t en p r i n c i p e t r i e n n a l comprenant l e s monuments du Château-Bu e t de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e pour 1990. II. ORGANISATION DES TRAVAUX L ' o r g a n i s a t i o n générale de l a f o u i l l e a été confiée à 1'UPR
  • ( 3 5 ) B e r t h i e r S o i z i c , Lycéenne, S a i n t - J u s t ( 3 5 ) Blanchet Stéphane, E t u d i a n t , Rennes (35 B l o u i n Gwenaëlle, Lycéenne, S a i n t - J u s t ( 3 5 ) Boulmer Gwendoline, Lycéenne, Rennes ( 3 5 ) B o u r h i s Jean-Roger, Ingénieur CNRS, Rennes ( 3
  • (d'après C T . Le Roux, Y . Lecerf et M. Gautier, 1989) et zone de fouille 1990. Photos n° 1 et n° 2 - Saint-Just - Château-Bu après les incendies. 1 : Vue générale ; 2 : Dalles de schiste (Cliché 3. Briard). 111.2. Conduite de l a f o u i l l e La f o u i l l e de 1990 a eu l i e
  • problématique, 2 cabinets l'ouest, tombant latéraux, d'une dont malheureusement dans l'excavation des amorce de l a suite est chercheurs de trésor. C'est à ce niveau fouille Le qu'a été v o l o n t a i r e m e n t limitée l a de 1990. couloir du dolmen e s t l o n g de 5
  • . Il n'a pas été procédé à un p l u s l a r g e dégagement pour des r a i s o n s de sécurité. A i n s i mises au j o u r ces s t r u c t u r e s r e s t e n t fragiles l'hiver plastique mis en e t demanderont 1990-1991, un un programme système de avec rembourrage i n t e
  • successivement un relevé général ( f i g . : - a : t e r t r e t u m u l a i r e allongé n o r d - e s t sud-ouest 2W47) avec groupes. 1990 quelques pierres apparentes (parcelle réparties en deux Ce monument a f a i t l ' o b j e t de l a f o u i l l e p r i n c i p a l e de q
  • parement de b l o c s ( p a r c e l l e ZW44). Ce monument a été fouillé en 1953 sous l a d i r e c t i o n de P.R. G i o t e t en 1990 a f a i t fouille partielle complémentaire l ' o b j e t d'une e t d'une remise en état du monument. - c : petite tombelle i n d i v i d u e l
  • poteries à c o r r e s p o n d r e à une phase du Néolithique dans divers tertres tumulaires bretons (Carnac) e t d'affinité danubienne du Bassin P a r i s i e n . En 1990, une f o u i l l e menhir couché ( f i g . un de contrôle a eu l i e u 1 1 , A e t photo n° 1 1
  • a i n sous le menhir sous ce menhir E UT Fig. 11 - Saint-3ust. Tertre tumulaire de la Croix Saint-Pierre. A : zone fouillée en 1990 ; B : système d'entrée sud-est. - une couche d'humus récent - un h o r i z o n B p l u s a r g i l e u x , p l u s n o i r e t massif - un h
  • r i n c i p a l e opération de 1990 a consisté à un remodelage du tertre par un apport primitive. Le tertre de terre régularisé dameuse. Le p o u r t o u r du t e r t r e r e c o n s t i t u a n t l a surface a été ensuite a été complété tassé dans à la l a zone
  • - P i e r r e a p p a r a i s s a i t , nous l'avons vu précédemment, comme un ensemble unique. La f o u i l l e de 1990 a permis de reconnaître 2 ensembles côte à côte à dolmens à c o u l o i r . Ceci permet de comprendre des documents anciens qui effectivement comprenaient deux
  • -Pierre. Vue du parement en schiste côté nord (en haut). Vue du sondage 1990 sous la dalle couchée (Clichés 3. Briard). Photo n° 9 - Saint-Just Vue aérienne du tertre tumulaire de la Croix SaintPierre restauré (Cliché J.Briard). p o u r r a i t c o r r e s p o n d r e à l ' u n des
  • dolmens retrouvés en 1990 ( f i g 12.A). L ' a u t r e document e s t dû à A. Ramé. I l montre juxtaposition pierres des deux tumulus d'entourage nettement l a nord e t sud avec un nombre de supérieur à c e l u i connu en 1990 ( f i g . 12, B). En e f f e t l e dolmen nord
  • o u b r e u i l . La fouille de 1990 a permis de dégager comprenant un c o f f r e c h a l c o l i t h i q u e un tumulus un tumulus sud e t un dolmen à c o u l o i r e t nord comprenant un dolmen à c o u l o i r avec au c e n t r e une tombe secondaire de l'Age du
  • Bronze e t un menhir couché. La d i r e c t i o n du c h a n t i e r de 1990 a été menée par G. Leroux qui a assuré l e s relevés de t e r r a i n . La topographie générale ( f i g . 13) montre une hauteur maximum de 80 cm sur une b u t t e oblongue. Les carrés de f o u i l
  • pour la Fig. 16 - Saint-Just. La Croix Saint-Pierre est. Coffre chalcolithique avec son blocage. restauration de 1990 par une dalle de schiste de mêmes dimensions. La tombe appartenir en à coffre la série Chalcolithique e t du structures monument du de
  • , probable menhir reprises mais abattu dans qui avait une zone été déplacé limitée. Sa à plusieurs position de 1990 diffère quelque peu de c e l l e observée p a r A. Ramé à l a f i n du siècle d e r n i e r . Ce b l o c en s c h i s t e l o n g de 2,75 m e t l a r g e
RAP00831.pdf (RENNES (35). campus de la place Hoche. rapport de sondage)
  • RENNES (35). campus de la place Hoche. rapport de sondage
  • 35
  • R E N N E S A o û t 1990 (35) E T U D E D1 I M P A C T A R C H E O L O G I Q U E UNIVERSITE DE RENNES I U . F . R . des Sciences Economiques et Economie appliquée à la gestion 7 , place H o c h e . Françoise GOUPIL Direction des Antiquités de Bretagne. 831 LISTE DES
  • : Mme BIRAUD-CONTIN C.R.O.U.S. : M . NOCTUDELLE /Mme LEMOUX SERVICE TECHNIQUE DE L'UNIVERSITE DE RENNES 1 : M.GESLIN / FONTAINE SERVICE TECHNIQUE DDE 35 : M.MAINGUENET/ PHILIP SERVICE URBANISME DU RECTORAT : M.GUODE SERVICE INVENTAIRE DE LA D.R.A.C. : M . J - J . RIOULT
  • d'une future réorganisation structurelle de l'ensemble de secteur universitaire. Cette tuel x étude a donc été réalisée ,dans le cadre d'un travail contrac- 1 MOIS / 1 PERSONNE : Août 1990 / F . G O U P I L ) . METHODOLOGIE : Une première étude en archives a permis de cerner
RAP00403.pdf (SAINT-MALO (35). le puits des sept perthuis. rapport de sauvetage programmé)
  • SAINT-MALO (35). le puits des sept perthuis. rapport de sauvetage programmé
  • 35
  • de La Tène.(Fig n"2) A OPPI DU M • ENCLOS S SOUTERRAIN VOIE ANCIENNE FIG N°2 : CARTOGRAPHIE DES SITES CONNUS DE LA TENE DANS LE PAGUS ALETIS (1990) Une voie ancienne reliant Al et à Oondate (Rennes) passe à 200 m du site en contrebas. Outre la proximité d ' AI et (3,5 km
  • puits restante a alors été remplie de gravier de manière à être conservée jusqu'à la campagne de 1990. L'équipe :- deux salariés A.F.A.N. Catherine Bizien-Jaglin Thierry Lejars - six fouilleurs bénévoles Lilian Buisson Véronique Chaigne Patricia Deydier Yvon Gozillon Jean-Bernard
  • 11 M3 a servi pendant, toute la campagne à stocker les déchets et a permis une évacuation facile de ceuxci en fin de fouille. Méthodes En 1990, après avoir re-situé l'emplacement du puits, le remplissage de la partie vidée en 1989 a été enlevé à l'aide Le niveau supérieur des
  • qu'à l'abandon du sanctuaire, c'est à dire à l'époque augustéenne. Quatre blocs de dolérites pesant respectivement 22, 27, 29 et 35 kg ont été retrouvés au sein du remplissage de pierres sèches. Trois d'entre eux, les plus importants, ont des surfaces émoussées qui peuvent être du
  • . SANTKOT. M.. H. et J. , 1979 ed. C.N.R.S. Céramiques communes en Aqu itaine TOFFREAU LIBRE M., 1980 - La céramiquecommune gailo-romaine dans le nord de la frar.ee, Presse universitaire de Lille. art conservation service ac.s. archeo RESTES LIGNEUX PROVENANT DU PUITS 35 SITE
RAP00459.pdf (SAINT-MALO (35). rue de la Crosse. rapport de sondage)
  • SAINT-MALO (35). rue de la Crosse. rapport de sondage
  • 35
  • •>ft ; Que. de. fol (jr.osse.'>, ft Jo. O mm ' *fiBI V " i i 'M • rS k. "i -"i ,»i -iï W•( - '' ' J Mo D R AC 1 7 AVR. 1990 COURRIER ARRIVÉE O B S E R V A T I O N S D E S S O N D A G E S RUE DE LA C R O S S E (JARDIN D E S P E T I T S MURS) SAINT-MALO Le
RAP00239.pdf ((35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire)
  • (35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire
  • 35
  • La prospection -inventaire dans le bassin de en RAPPORT Rennes 1990 DE SYNTHESE A. PROVOST & A. PRIOL SERVON-SUR-VILAINE - La Croix: BRETAGNE indices phytologiques - maïs C.E.R.A.PAK. LA PROSPECTION - INVENTAIRE DU BASSIN DE RENNES (ILLE-ET-VILAINE) EN 1990 Alain
  • 1990. Depuis ses débuts, en 1978, cette action est conduite par la même équipe de base regroupée au sein du Centre de Recherches archéologiques du Pays de Rennes (CERAPAR). Cette action est soutenue par une triple motivation : l'établissement de la Carte archéologique, la recherche
  • archéologique de la Gaule pour le Département de l'Ille-et-Vilaine et le Projet Collectif de recherche sur « l'Archéologie du milieu rural en Haute-Bretagne aux époques pré-romaine et gallo-romaine ». LA PROSPECTION DU BASSIN DE RENNES EN 1990 La zone de prospection Le bassin de Rennes
  • programme de M. Gautier et au sud-est celui de G. Leroux. Les Moyens mis en œuvre L'année 1990 s'est caractérisée par un resserrement des moyens d'action, tout l'effort s'est porté, en prospection au sol, sur le contrôle des 120 indices de sites repérés en prospection aérienne en 1989
  • incluant des relevés de collectes précis. Dans le même temps, des survols intensifs ont été effectués à nouveau, en 1990, avec un succès comparable à 1989. Il était évident, dès le mois de mars 1990, que la Campagne aérienne serait du même ordre que la précédente : les statistiques
  • prospecteur aérien bénévole, opérationnel en 1990, a permis de partager le secteur couvert et donc de mieux cibler les objectifs tout en permettant une plus grande souplesse, au niveau du temps disponible, en fonction des moments les plus propices. Alain Priol a sillonné le secteur sud-est
  • 120 27 4,44 1990 131 22 5,95 Cette rentabilité est le fruit de l'expérience des années passées et surtout, de celle de 1989. On admet en effet, que 1990 ne fut pas intrinsèquement plus propice à la détection aérienne que 1989. On remarque, notamment en comparant les clichés
  • des 2 années une moins bonne définition des indices en 1990. Deux facteurs semblent avoir joué dans cette différence de définition : en 1990, des indices sont apparus très tôt en mai avec une lecture moins nette sur une végétation encore verte, phénomène à corréler avec la non
  • reconstitution des réserves en eau plutôt qu'à une sécheresse printanière violente. Le second facteur vient des conditions météorologiques connues en juin : orages, averses fréquentes, voiles brumeux. En fait, la rentabilité supérieure de 1990 provient d'un meilleur ciblage des secteurs et
  • coloration qui ont constitué l'essentiel des indices détectés, la hauteur de la végétation intervenant plus rarement. H OUEST-FRANCE - 6-09 - 1990 Sécheresse : septembre difficile Les gestionnaires de l'eau restent Inquiets. Avec la reprise de l'activité Industrielle en septembre et
  • bassin. Le phénomène a trouvé son explication dans les différentiels de sols induits par la présence des 2 types d'anomalies. On doit reconnaître cependant, et c'est un autre apport méthodologique de la campagne de 1990, que le survol des rebords des plateaux limoneux de l'ouest du
  • orthogonaux. 34 ■ le Rocher : Enclos à fossés rectilignes et orthogonaux. 35 ■ le Petit-Rollier : Structures parallèles, parcellaire fossile (?). 36 CHATTLLON/SEICHE - Coquelande : Enclos à fossés rectilignes et orthogonaux. 37 CHAVAGNE • Babelouse : Villa gallo-romaine
  • suivants : • à 60 % des enclos de type rectiligne étaient associées des tegulœ. • à 12 % des enclos de type curviligne étaient associées des tegulœ. Les premières collectes au sol, sur les enclos de 1990, sur 15 enclos du type rectiligne, ont montré la présence de tegulœ sur 10
  • archéologiques de la sécheresse de 1989 en Haute-Bretagne, Ce.R.A.A., CERAPAR, P.C.G., Rennes , 1990. AGACHE R. et BREART B. - Atlas d'archéologie aérienne de Picardie, Société des Antiquaires de Picardie, 1975, 2 tomes. LAMBERT C. et RIOUFREYT - Des enceintes protohistoriques aux
  • enclos protohistoriques dans le territoire des Coriosolites, les Dossiers du Ce.R.A.A, 15, 1987, p.9-20. LANGOUET L. ANDLAUER L., DAIRE M.Y. - Le passé vu d'avion dans le nord de la Haute-Bretagne, les Dossiers du Ce.R.A.A., M, 1990, 118 pages. RILEY D.N. - Early Landscape from
  • du Pays de Rennes (CERAPAR) BP 35 - 35740 PACè- Lieu-dit N° Nature : Datation : AC(6 N E Commune 6^Wvf-^«^?- f#^> ^ . Protection : / : / / sfOÛm. MH IS SC SI DESCRIPTION RENSEIGNEMENTS COMPLEMENTAIRES
  • rtement Centre de Recherche Archéologique du Pays de Rennes (CERAPAR) BP 35 - 35740 PACÉ. Commune Lieu-dit N° N a tu re Enclos, Datation Identification du site : / Diamètre moyen ol Pb -A>0 Protection *7 : / / : / m. 60 MH IS se SI DESCR 1PT10N AL CX~Jh
  • . tilt &*r^h 35 Centre de Recherche Archéologique du Pays de Rennes (CERAPAR) BP 35 - 35740 PACÉ> Dépa rtement Commune Nature : Datation : -r.iLe-e.r- \)\L*iue 3>&u zCi ce Lieu-dit N° oi6 Identification du site *>Sfr2iï /ol 4 /f\W : Diamètre moyen : Sh*ttu*t* «~ OJUC
  • | | Documents divers Alain PROVOST i o pptitp mare 35830 BETTON BIBLIOGRAPHIE TéL 99 55 95 04 □ Simple mention []]Recherche approfondie m 6>R UZ Département Centre de Recherche Archéologique du Pays de Rennes (CERAPAR) BP 35 - 35740 PACÉ^ Commune Lieu-dit N° Nature
  • Coordonnées de l'épicentre Cadastre Année Zone Lambert : Section(s) et parcelle(s) : A4j 2Sf>f lS^ X = Y = : M)**? t hS>> j CSO Altitude NGF : l ou (u) Département Centre de Recherche Archéologique du Pays de Rennes (CERAPAR) BP 35 - 35740 PACÉ. Commune Lieu-dit N
RAP00540.pdf (HIREL (35). rapport de prospection archéologique avec sondages)
  • HIREL (35). rapport de prospection archéologique avec sondages
  • 35
  • 1990 ROZ SUR COUESNON 35 Gisement gallo-romain parcelles 416 et 419, section Bl, cadastre de 1982 Lieu-dit : La Croix Belhomme Coordonnées Lambert I : X = V^.^Sû y = -iofe.^So G. FAGUET a localisé un site inédit livrant de nombreuses tegulae et imbrices et des tessons de
RAP00364.pdf (RANNÉE (35). ligne Anne en forêt de la Guerche. rapport de fouille programmée annuelle)
  • RANNÉE (35). ligne Anne en forêt de la Guerche. rapport de fouille programmée annuelle
  • 35
  • ) Rapport de fouille programmée Autorisation n° 1955 du 18 juin 1990 Programme H 10 - Jean Çlaude MEURET - La fouille de 1990 a é t é r é a l i s é e s o u s l'autorité de la Direction d e s Antiquités de B r e t a g n e , r e p r é s e n t é e s par M. C.T. Le Roux, Directeur, et M
  • divers, toutes ces personnes ont permis que la campagne 1990 soit menée à. bien. Qu'elles en soient très sincèrement remerciées. t• Devant l ' i n t é r ê t d u s i t e de la Ligne Anne, e t son p o s s i b l e r a p p o r t a v e c le dépôt monétaire gaulois d é c o u v e r t à
  • i v i s é e en deux e s p a c e s i n t é r i e u r s , l'autre octogonale et nettement plus petite. Depuis trois a n s (1988, 1989, 1990), d e s s o n d a g e s ont été r é a l i s é s s u r la plus g r a n d e d e s e n c e i n t e s . La s t r u c t u r e t e r r o y é e , c o
  • enceinte dans l'angle Sud-Est. L'un des buts de la fouille de 1990 était de préciser la chronologie relative entre ces deux enceintes imbriquées. S'agissait-il d'une extension de la surface occupée ou au contraire d'une réduction ? Cette division pourrait-elle correspondre à des
  • fonctions différentes mais contemporaines Deux fouilles e x t e n s i v e s de part et d'autre du talus i n t e r n e donc été o u v e r t e s , prolongeant les s o n d a g e s d e s années p r é c é d e n t e s . ont L'autre objectif de cette année 1990 était d'essayer d'évaluer
  • r d u r e de la ligne Anne(NRl), les deux a u t r e s de p a r t e t d'autre du talus i n t e r n e p r è s d e s z o n e s f o u i l l é e s . Le n i v e a u de r é f é r e n c e choisi pour l'ensemble d e s s o n d a g e s 1990 e s t celui de NR2 (= + 109,87/NGF), NR3 se t r o
  • U T Z (Villes, vil ¡âges et caapigaes de l'Europe celtique, Hachette, 1990, p.68-104) Le point sur les constructions de l'Age du Fer en Armorique vient d'être fait et publié; parmi des plans classiques, ont voit apparaître quelques plans de maisons circulaires sur murs porteurs
  • ou sur poteaux plantés. ( Yves MENEZ, Marie-Yvane DAIRE, Jacques HYVERT, Loïc LANGOUET, JeanPaul LE BIHAN et Daniel TANGUY, Les bâtiments de l'Age du fer en Armorique, Les Gaulois d'Armorique... Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.126-128). Enfin, des fosses
  • , L'Armorique romaine, Braspars, 1984, p.15 et Commerce et Société en Arrnorique à l'Age du fer, Les Gaulois d'Armorique, la fin de l'Age du fer en Europe, Actes du colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.49-50. poteries découvertes en
  • le décors nouveaux (lèvres plates ou verticales, moulures 11 Marie-Yvane DAIRE, op.cit., p.87, fig.22, n°8. 12 Marie-Yvane DAIRE, Céramiques armoricaines et habitat à l'Age du fer, Actes du Colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest supplément n°3, 1990, p
  • deuxième. La 13 Antoine LE M E U R , Les cruches gallo-romaines en céramique commune, dans l'Ouest de la Gaule, Mémoire de maîtrise, Rennes 2, U E R des Arts, 1990, p.73 et pl.5, + communication personnelle. 14 Robert SENECHAL, Céramique commune d'Alésia : les cruches, Centre de
RAP00772.pdf (MOUTIERS (35). le bourg. rapport de fouille préventive)
  • MOUTIERS (35). le bourg. rapport de fouille préventive
  • 35
  • CoXt ArcUa- Sauvetage urgent n°90-29 AH - Juillet 1990 M O U T I E R S ( I - e t - V ) A n c i e n n e é c o l e " L e Boxxr-gr" pu.bliq;^ie Parcelle C2 404 (Cadastre de 1935) Coordonnées Lambert : Z.II x=334,8 y=2335,65 Altitude : 65m f RCONSCRIPTION HISTORIQUE I
  • coquillier en réemploi. C'est le cas dans le mur sud de l'église de Moutiers, dans le mur nord du bâtiment qui longe au sud l'actuelle place de l'église (ancien cimetière), mais aussi plus à l'Ouest, dans le mur de la maison C2 514, tout près du gisement de l'ancienne école. En mai 1990
  • 15- Octobre 1990 35042 RENNES CEDEX Rapport anthropologique sommaire sur des ossements découverts à MOUTIERS (ille -et-Vilaine), Salle communale> dans un sarcophage en calcaire coquillier. Etant donné le massacre qu'à subi la contenu de ce sarcophage, situé juste en dessous de
  • • Limila da itnmuni Commun* /•«£«£$ mrouHti. SMhT ñfu 35 MOUT/ERS-Le Bourg Cadastre section C2 (1935) mur c o n t e n a n t de s a r c o p h a g e coouillier des fragments de c a l c a i r e A 0p m 100 SAUVETAGE URGENT jyi O TJ T I E JR. S c x —e b— V > Ancienne école
  • \ \ Y—A \ T e r r a s s e m e n t 1990 constaté a posteriori \ MOUTIERS (1-et-VO G'2 404 Fond d e coffre déplacé 0,50 lm Fragment de sarcophage de calcaire coquillier ( S? ) MOUTIERS (i-et-V) 02 4 0 4 S a r c o p h a g e n°6 ( 5 6 ) i Sarcophage S 6 Reste de fond
RAP01427.pdf (SAINT-JEAN-SUR-VILAINE (35). le Tertre. sépulture du Moyen Âge. rue Bellevue. rapport de sondage)
  • SAINT-JEAN-SUR-VILAINE (35). le Tertre. sépulture du Moyen Âge. rue Bellevue. rapport de sondage
  • 35
  • SAINT JEAN - SUR - VILAINE LE TERTRE (35 283 004) (ILLE - ET - VILAINE) RAPPORT DE SAUVETAGE URGENT Novembre 1990 Michael BATT. Ingenieur d'Etudes, Service Régional de l'Archéologie de Bretagne. MINISTERE DE LA CULTURE ET DE LA FRANCOPHONIE Rennes : S.R.A. de Bretagne. FICHE
  • - sur - Vilaine. Lieu - dit : Le Tertre. Cadastre : A2 950. Coordonnées Lambert : X = 324,750 N° carte archéologique : 35 283 004 Y = 1052,750. íes 1nurtesi \ 13. a Milaniére, ÂXÏe'Bézi'er lia Tficotiére Vchéní à'Ia Cocle -V ¡JâjBatonnière Bailée^ jéjHeudinais%l
  • -J3 les Rochers \ 'laGuiilardièrêiiSt inière la Pointe-, ! M ' augeqdière "ro'gardière^%J» la Lucasse'rie la Coëffelièfe" laTiaisière' 35 - Saint Jean s/Vilaine -Le Tertre Extrait de la carte I.G.N. au 1/25 000 e , feuille 1318 ouest //le Bois)' la Tdel. 35 Saint Jean s
  • /Vilaine, Le Tertre. Extrait du plan cadastrale. - : r< L 0 35 Saint Jean s/Vilaine-Le Tertre Relevé topographique 0 2pm Emprise de l'intervention 2 Description de la découverte. La nécropole du Haut Moyen Age du Tertre est située sur une pente sud, à 150 mètres au sud de
  • l'église paroissiale et à 130 mètres au nord de la Vilaine. Au mois de novembre 1990 des travaux liés à l'aménagement d'un jardin potager font apparaître,à la suite de l'effondrement des dalles de couverture, une sépulture en coffre. Le décapage de la terre végétale a montré que celui
  • . largeur : 0, 55 m (tête). 0, 35 m (pieds). Dimensions de la fosse : longueur : largeur : Orientation : 2, 25 m (environ). 0, 60 m (environ). 359 degrés. Ossements : Quelques restes osseux étaient en place : le fémur droit et des fragments du bassin. Le reste de l'individu a été
  • connaissances; vue les menaces d'urbanisation qui pèsent sur le secteur, la mise en application du décret 86 - 1 9 2 a été demandée sur les parcelles voisines. Sp3> " Fibule 1 Fibule 2 Epingle en fer 50cm 35 Saint Jean s/Vilaine, Le Tertre. Plan du sépulture n° 1. Positionnement du
  • squelette et le mobilier archéologique. 35 Saint Jean s/Vilaine, Le Tertre Plan et coupes du coffre en schiste du sépulture n° 1. Fibule 1 Fibule 2 1 0 35 Saint Jean s/Vilaine, Le Tertre. Mobilier archéologique 5cm 35 Saint Jean s/Vilaine, Le Tertre. Cliché du sépulture n° 1
  • 35 Saint Jean s/Vilaine, Le Tertre. Cliché des sépultures n°s 4 (en bas) et 5 (en haut) ADMINISTRATION PROVENANCE unité de traitement et d'information en conservation archéologique RESPONSABLE N° IDENTIFICATION D'ORIGINE N° E N R E G I S T R E M E N T LABO BUT DU DATE