Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

Limiter votre recherche

Auteur
Type d'opération
fouille programmée [X]
Commune
Département
35 [X]
Date (Année)
1990 [X]

2 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00385.pdf (SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.)
  • SAINT-JUST (35). la Grée de Cojoux. rapport intermédiaire de fouille programmée triannuelle 1990-1992.
  • 35
  • LA GREE DE COJOUX SAINT-JUST, I l l e - e t - V i l a i n e , 1990 0 Autorisation n 1961 P 16 par J, BRIARD, M, GAUTIER, G, LEROUX Financement: Conseil Général d'Ille-et-Vilaine, Ministère de l a Culture Direction scientifique : UPR 403 du CNRS, Université de Rennes I Direction
  • RENNES CEDEX SAINT-JUST - FOUILLES 1990 I. HISTORIQUE DES TRAVAUX Les monuments de l a Grée de Cojoux à Saint-Just sont signalés dès l e m i l i e u du XlVe siècle. L'abbé J. Brune dans son "résumé du cours d'archéologie professé au séminaire de Rennes" évoque S a i n t - J
  • u s t e t p u b l i e 1846, dans l ' A t l a s des vues, de monuments comme "cromlech" qui pourrait q u i l'accompagne en l e Fort S a r r a z i n e t un être un des dolmens à c o u l o i r de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e retrouvés en 1990. Le Baron J.M. B a c
  • programme de f o u i l l e Ceci f u t en p r i n c i p e t r i e n n a l comprenant l e s monuments du Château-Bu e t de l a C r o i x S a i n t - P i e r r e pour 1990. II. ORGANISATION DES TRAVAUX L ' o r g a n i s a t i o n générale de l a f o u i l l e a été confiée à 1'UPR
  • ( 3 5 ) B e r t h i e r S o i z i c , Lycéenne, S a i n t - J u s t ( 3 5 ) Blanchet Stéphane, E t u d i a n t , Rennes (35 B l o u i n Gwenaëlle, Lycéenne, S a i n t - J u s t ( 3 5 ) Boulmer Gwendoline, Lycéenne, Rennes ( 3 5 ) B o u r h i s Jean-Roger, Ingénieur CNRS, Rennes ( 3
  • (d'après C T . Le Roux, Y . Lecerf et M. Gautier, 1989) et zone de fouille 1990. Photos n° 1 et n° 2 - Saint-Just - Château-Bu après les incendies. 1 : Vue générale ; 2 : Dalles de schiste (Cliché 3. Briard). 111.2. Conduite de l a f o u i l l e La f o u i l l e de 1990 a eu l i e
  • problématique, 2 cabinets l'ouest, tombant latéraux, d'une dont malheureusement dans l'excavation des amorce de l a suite est chercheurs de trésor. C'est à ce niveau fouille Le qu'a été v o l o n t a i r e m e n t limitée l a de 1990. couloir du dolmen e s t l o n g de 5
  • . Il n'a pas été procédé à un p l u s l a r g e dégagement pour des r a i s o n s de sécurité. A i n s i mises au j o u r ces s t r u c t u r e s r e s t e n t fragiles l'hiver plastique mis en e t demanderont 1990-1991, un un programme système de avec rembourrage i n t e
  • successivement un relevé général ( f i g . : - a : t e r t r e t u m u l a i r e allongé n o r d - e s t sud-ouest 2W47) avec groupes. 1990 quelques pierres apparentes (parcelle réparties en deux Ce monument a f a i t l ' o b j e t de l a f o u i l l e p r i n c i p a l e de q
  • parement de b l o c s ( p a r c e l l e ZW44). Ce monument a été fouillé en 1953 sous l a d i r e c t i o n de P.R. G i o t e t en 1990 a f a i t fouille partielle complémentaire l ' o b j e t d'une e t d'une remise en état du monument. - c : petite tombelle i n d i v i d u e l
  • poteries à c o r r e s p o n d r e à une phase du Néolithique dans divers tertres tumulaires bretons (Carnac) e t d'affinité danubienne du Bassin P a r i s i e n . En 1990, une f o u i l l e menhir couché ( f i g . un de contrôle a eu l i e u 1 1 , A e t photo n° 1 1
  • a i n sous le menhir sous ce menhir E UT Fig. 11 - Saint-3ust. Tertre tumulaire de la Croix Saint-Pierre. A : zone fouillée en 1990 ; B : système d'entrée sud-est. - une couche d'humus récent - un h o r i z o n B p l u s a r g i l e u x , p l u s n o i r e t massif - un h
  • r i n c i p a l e opération de 1990 a consisté à un remodelage du tertre par un apport primitive. Le tertre de terre régularisé dameuse. Le p o u r t o u r du t e r t r e r e c o n s t i t u a n t l a surface a été ensuite a été complété tassé dans à la l a zone
  • - P i e r r e a p p a r a i s s a i t , nous l'avons vu précédemment, comme un ensemble unique. La f o u i l l e de 1990 a permis de reconnaître 2 ensembles côte à côte à dolmens à c o u l o i r . Ceci permet de comprendre des documents anciens qui effectivement comprenaient deux
  • -Pierre. Vue du parement en schiste côté nord (en haut). Vue du sondage 1990 sous la dalle couchée (Clichés 3. Briard). Photo n° 9 - Saint-Just Vue aérienne du tertre tumulaire de la Croix SaintPierre restauré (Cliché J.Briard). p o u r r a i t c o r r e s p o n d r e à l ' u n des
  • dolmens retrouvés en 1990 ( f i g 12.A). L ' a u t r e document e s t dû à A. Ramé. I l montre juxtaposition pierres des deux tumulus d'entourage nettement l a nord e t sud avec un nombre de supérieur à c e l u i connu en 1990 ( f i g . 12, B). En e f f e t l e dolmen nord
  • o u b r e u i l . La fouille de 1990 a permis de dégager comprenant un c o f f r e c h a l c o l i t h i q u e un tumulus un tumulus sud e t un dolmen à c o u l o i r e t nord comprenant un dolmen à c o u l o i r avec au c e n t r e une tombe secondaire de l'Age du
  • Bronze e t un menhir couché. La d i r e c t i o n du c h a n t i e r de 1990 a été menée par G. Leroux qui a assuré l e s relevés de t e r r a i n . La topographie générale ( f i g . 13) montre une hauteur maximum de 80 cm sur une b u t t e oblongue. Les carrés de f o u i l
  • pour la Fig. 16 - Saint-Just. La Croix Saint-Pierre est. Coffre chalcolithique avec son blocage. restauration de 1990 par une dalle de schiste de mêmes dimensions. La tombe appartenir en à coffre la série Chalcolithique e t du structures monument du de
  • , probable menhir reprises mais abattu dans qui avait une zone été déplacé limitée. Sa à plusieurs position de 1990 diffère quelque peu de c e l l e observée p a r A. Ramé à l a f i n du siècle d e r n i e r . Ce b l o c en s c h i s t e l o n g de 2,75 m e t l a r g e
RAP00364.pdf (RANNÉE (35). ligne Anne en forêt de la Guerche. rapport de fouille programmée annuelle)
  • RANNÉE (35). ligne Anne en forêt de la Guerche. rapport de fouille programmée annuelle
  • 35
  • ) Rapport de fouille programmée Autorisation n° 1955 du 18 juin 1990 Programme H 10 - Jean Çlaude MEURET - La fouille de 1990 a é t é r é a l i s é e s o u s l'autorité de la Direction d e s Antiquités de B r e t a g n e , r e p r é s e n t é e s par M. C.T. Le Roux, Directeur, et M
  • divers, toutes ces personnes ont permis que la campagne 1990 soit menée à. bien. Qu'elles en soient très sincèrement remerciées. t• Devant l ' i n t é r ê t d u s i t e de la Ligne Anne, e t son p o s s i b l e r a p p o r t a v e c le dépôt monétaire gaulois d é c o u v e r t à
  • i v i s é e en deux e s p a c e s i n t é r i e u r s , l'autre octogonale et nettement plus petite. Depuis trois a n s (1988, 1989, 1990), d e s s o n d a g e s ont été r é a l i s é s s u r la plus g r a n d e d e s e n c e i n t e s . La s t r u c t u r e t e r r o y é e , c o
  • enceinte dans l'angle Sud-Est. L'un des buts de la fouille de 1990 était de préciser la chronologie relative entre ces deux enceintes imbriquées. S'agissait-il d'une extension de la surface occupée ou au contraire d'une réduction ? Cette division pourrait-elle correspondre à des
  • fonctions différentes mais contemporaines Deux fouilles e x t e n s i v e s de part et d'autre du talus i n t e r n e donc été o u v e r t e s , prolongeant les s o n d a g e s d e s années p r é c é d e n t e s . ont L'autre objectif de cette année 1990 était d'essayer d'évaluer
  • r d u r e de la ligne Anne(NRl), les deux a u t r e s de p a r t e t d'autre du talus i n t e r n e p r è s d e s z o n e s f o u i l l é e s . Le n i v e a u de r é f é r e n c e choisi pour l'ensemble d e s s o n d a g e s 1990 e s t celui de NR2 (= + 109,87/NGF), NR3 se t r o
  • U T Z (Villes, vil ¡âges et caapigaes de l'Europe celtique, Hachette, 1990, p.68-104) Le point sur les constructions de l'Age du Fer en Armorique vient d'être fait et publié; parmi des plans classiques, ont voit apparaître quelques plans de maisons circulaires sur murs porteurs
  • ou sur poteaux plantés. ( Yves MENEZ, Marie-Yvane DAIRE, Jacques HYVERT, Loïc LANGOUET, JeanPaul LE BIHAN et Daniel TANGUY, Les bâtiments de l'Age du fer en Armorique, Les Gaulois d'Armorique... Revue Archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.126-128). Enfin, des fosses
  • , L'Armorique romaine, Braspars, 1984, p.15 et Commerce et Société en Arrnorique à l'Age du fer, Les Gaulois d'Armorique, la fin de l'Age du fer en Europe, Actes du colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest, supplément n°3, 1990, p.49-50. poteries découvertes en
  • le décors nouveaux (lèvres plates ou verticales, moulures 11 Marie-Yvane DAIRE, op.cit., p.87, fig.22, n°8. 12 Marie-Yvane DAIRE, Céramiques armoricaines et habitat à l'Age du fer, Actes du Colloque AFEAF, Quimper, mai 1988, Revue archéologique de l'Ouest supplément n°3, 1990, p
  • deuxième. La 13 Antoine LE M E U R , Les cruches gallo-romaines en céramique commune, dans l'Ouest de la Gaule, Mémoire de maîtrise, Rennes 2, U E R des Arts, 1990, p.73 et pl.5, + communication personnelle. 14 Robert SENECHAL, Céramique commune d'Alésia : les cruches, Centre de