Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

1 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01315.pdf (PLEUMEUR-BODOU (22). enez vihan. rapport de fouille programmée)
  • ENEZ BIHAN EN PLEUMEUR-BODOU (Côtes d'Armor) 29 août - 27 septembre 1995 Rapport de fouille programmée annuelle Marie-Yvane DAIRE Chargée de Recherche au C.N.R.S. U.M.R. 153 - RENNES ENEZ BIHAN EN PLEUMEUR-BODOU (Côtes d'Armor) 29 août - 27 septembre 1995 Rapport de
  • - Présentation géographique et archéologique du site 6 IV - Rappel des principaux résultats des recherches de 1994 8 RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE 1995 15 I - Implantation des zones de fouille et stratégie générale 16 II - La tranchée (carrés K5 à K8) 18 III - La zone de fouille
  • = 1139,350. Propriétaire du terrain : M. L'Héréec, Ploulec'h (22). Fouille programmée annuelle : opération n° 1995-12, autorisation valable du09/05 au 31/12/1995. Programme : H13 (Les ateliers antiques : organisation et diffusion). Titulaire de l'autorisation : Marie-Yvane DAIRE
  • les principaux résultats de l'opération archéologique : Fouille exhaustive de l'atelier de bouilleur de sel, partiellement reconnu en 1995, et des éventuelles structures associées (habitat). Etudes technologique et ergonomique de l'atelier et des aménagements spécifiques (cuves
  • l'Université de Rennes I. Définitif: Dépôt de fouille (22). I - Organisation de la campagne et remerciements Une campagne de fouille programmée s'est déroulée sur Enez Bihan (Pleumeur-Bodou, 22) du 29 août au 27 septembre 1995. Cette campagne de recherche faisait suite à une opération de
  • débroussaillage et une série de relevés détaillés sur l'allée couverte néolithique d'Enez Bihan (Rapport 1994 ; Daire et Lepage, 1994 et 1995). Sur le plan matériel, l'équipe était basée en hébergement en dur sur le continent et passait de l'île à la côte chaque matin et chaque soir, en bateau
  • ou à pied sec selon les marées. En 1995, ces recherches ont bénéficié d'une subvention de la part du Ministère de la Culture et de la Francophonie, pour un montant de 35 000 F. Par ailleurs, la Mairie de Pleumeur-Bodou a apporté une aimable contribution à ces travaux en mettant à
  • aujourd'hui un modeste territoire de moins d'un hectare de superficie, culminant à 11 m NGF d'altitude.Dans ce secteur où dominent les granités gris de l'île Grande, la roche est accidentée par des diaclases, des failles et des filons (Pinot, 1995) ; au cours de la dernière régression
  • de Landrellec ; de plus, en cette portion de côte, l'estran a une largeur moyenne de 1,5 km ce qui indique qu'il est en faible pente et que les houles qui frappent EnezBihan sont très atténuées(Pinot, 1995). L'île est entourée d'un platier rocheux plus large au nordouest qu'au sud
  • ramasseurs de mûres. Sur cette île, deux types de vestiges archéologiques ont été recensés : d'une part, une sépulture mégalithique découverte fortuitement il y a quelques années (Le Roux, 1983 ; Marchat et Le Brozec, 1991, p. 47 ; Daire et Le Page, 1994 et 1995) et d'autre part, les
  • verticale (cliché L. Langouët). Photo 2 - Enez Bihan, la zone de fouille, vue aérienne verticale (cliché L. Langouët). RESULTATS DE LA CAMPAGNE DE 1995 16 I - Implantation des zones de fouille et stratégie générale (fig. 7, photos 2 et 3) A la vue des résultats de la campagne de
  • en profondeur, entraînant parfois même une déstabilisation ou des perturbations des structures en pierres sèches. L'emprise du site avait pu être partiellement évaluée en 1994 (sur 30 mètres) selon l'axe SO/NE ; lors de la campagne de 1995, il convenait d'en établir les limites
  • d'éboulement des vestiges ou de fragilisation du site. En tout, la fouille de 1995 a porté sur une surface de 85 m2, ce qui peut paraître relativement peu mais s'explique fort bien à cause de la nature du site et la complexité des vestiges qui interdisent toute fouille rapide. N.B. : Toutes
  • les cotes de niveaux sont exprimées en cm par rapport au NR du site, reprenant celui de 1994. 17 J K L M Figure 7 - Enez Bihan : implantation des zones de fouille en 1995, carroyage et repères. N 18 II - La tranchée (carrés K5 à K9) (fïg. 8, photos 3 et 4). Lors des
  • sondages de 1994, l'emprise du site de briquetages n'avait pu être établie que selon l'axe SO/NE, sur 30 mètres de long. L'un des objectifs de la campagne de 1995 était d'évaluer l'emprise totale du site, et il convenait pour cela d'en cerner les limites, cette fois en direction de
  • l'atelier de briquetage et des structures immédiatement associées. La zone de fouille principale de cette campagne de terrain de 1995 a été définie au regard des résultats des prospections fines de l'estran et des sondages pratiqués en 1994 (fig. 4 à 6). L'étude du site a été abordée par
  • fouille de 1995 a montré que cette pente naturelle reflète assez bien le pendage de la roche en place et que certaines installations ont profité de creux et de cuvettes naturelles pour leur installation. En effet, l'emprise présumée de l'atelier de briquetages proprement dit (bâtiment
  • la surface du sol actuel. D'une manière générale, la stratigraphie de cette partie du site, fouillée en 1995, présente le profil suivant de haut en bas) : - un premier niveau (niveau 1) de quelques centimètres d'épaisseur, qui existe dans l'ensemble de la fouille, et qui se
  • , notamment en ce qui concerne l'outillage lithique, dont la présence peut s'expliquer par le colluvionnement, si l'on se souvient de l'orientation de la pente du terrain ainsi 22 que de la présence d'une sépulture mégalithique à très peu de distance (Daire et Lepage, 1994 et 1995
  • diaclases) à une très faible profondeur (une trentaine de cm) sous le sol actuel. Par ailleurs, une forte proportion de cette zone de fouille est occupée par des empierrements, structurés ou non. Pour ces diverses raisons, la zone de fouille de 1995 n'a pas fait l'objet de coupe