Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

4 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP01771.pdf (LILLEMER (35). l'occupation néolithique. rapport de prospection thématique)
  • LILLEMER (35). l'occupation néolithique. rapport de prospection thématique
  • 35
  • Ecorce Bois travaillés 1m Mobilier archéologique B5 B4 B6 B7 "36 ► »34 •38 35 g Bois Céramique Charbon 0 | Pierre Silex figure 12 : répartition des vestiges organiques et mobilier dans le sondage n°2 - Co4 décapage 2. (mise au net L. Quesnel) Lillemer 2001 Sondage 2
  • au sein de la couche 4, avec indication des collages entre les pièces céramiques (mise au net L. Quesnel). Liste du mobilier Lillemer 2001 Sondage 2 X Y Z ZO 1 1 1 1 1 1 5 16 18 24 29 25 85 74 77 86 87 75 159 160 160 162 161 162 115 115 115 115 115 115 Co4 Dec 1 35
  • Rapport de prospection thématique Lillemer (Ille-et-Vilaine) 2001 L. Laporte, V. Bernard, C. Bizien-Jaglin, V. Guitton, J.N. Guyodo, G. Hamon, S. Naar, F. Nicolin, A. Noslier. et la collaboration de L. Quesnel, X. Hénaf, L. Soler, C. Thibaudeau. Rapport de prospection
  • thématique Lillemer (Ille-et-Vilaine) 2001 L. Laporte, V. Bernard, C. Bizien-Jaglin, V. Guitton, J.N. Guyodo, G. Hamon, S. Naar, F. Nicolin, A. Noslier. et la collaboration de L. Quesnel, X. Hénaf, L. Soler, C. Thibaudeau. Nouy teriony co remercier la/ propriétaire' et Ve^loitant de
  • administratifs Sondage : Siten 0 : 35 153 003 AH Parcelle n° 734 Coordonnées Lambert : X =290,35, Y=l 104,65 Direction : L. Laporte Equipe de Fouille : V. Bernard, A. Bichon.C. Bizien-Jaglin, V. Guitton, X. Hénaf, S. Naar, A. Noslier, L. Soler, C. Thibaudeau. Mise au net des plans : L
  • . Quesnel. 2 Rapport de prospection thématique Lillemer 2001 Sous la direction de L. Laporte 1/ Présentation du projet 1.1/ Travaux antérieurs Le site de Lillemer a été découvert lors de prospections de surface effectuées par C. BizienJaglin et son équipe (Bizien-Jaglin 1995). La
  • surface du gisement reconnu autour de la butte de Lillemer couvre une surface de plus de 30 ha L'importante collection de pièces lithiques (4500 pièces) qui a été recueillie à cette occasion a donné lieu à une étude précise et complète publiée par J.N. Guyodo (Guyodo et al. 2001
  • en place, dès 2001 et à titre expérimental, un programme d'accompagnement des opérations et des études sur ce site. Il serait formalisé par le biais d'une prospection thématique, soumise comme il se doit à l'approbation de la C.I.R.A. du GrandOuest et comprendrait deux volets
  • : 02.99.84.59.19 http://www.culture.gouv .fr/bretagne psfeiences COMPTE-RENDU DES PREMIERES ETUDES GEOPhT/SIQUES MENEES SUR LE SITE ARCHEOLOGIQUE DE LILLEMER (35). FLORENCE NICOLLIN > ET SAMUEL NAAR 2 Introduction ; Dans le cadre de l'étude du site archéologique de Lillemer (35) visant à
  • déterminer l'étendue de l'occupation du marais autour de la butte rocheuse, une prospection géophysique a été effectuée, au printemps 2001, afin de mettre en évidence la profondeur et la forme du socle rocheux pour mieux comprendre la dynamique du site au Néolithique. La méthode
  • géologiques bien identifiées. Les résultats du Profil 1 : Le faible intervalle de résistivité, lié à la forte présence d'eau au mois de mars 2001, a rendu l'analyse stratigraphique compliquée. En effet, il est difficile de distinguer nettement les différentes unités lithologiques : par
  • ayant subit des destructions plus ou moins récentes (carrière, village etc.) soit à des terrains qui n'ont pas put être prospectés (absence de cultures, jardins etc.). En 2001, Alain Noslier a poursuivi la prospection sur le gisement. Les conditions météorologiques déplorables lors
  • de l'hiver 2000-2001, période où s'effectue la prospection au sol, ont recouvert les terres du marais de plusieurs centimètres d'eaux pendant plusieurs mois rendant les investigations de terrains impossibles. D en résulte que ce sont essentiellement les terrains cultivés et
  • fragment d'os (faune) pour info : un fragment de fer oxydé 10 Lillemer 2001 Sondage 2 figure 7 : plan de situation des sondages (mise au net L. Quesnel d'après le fond de carte de J.N. Guyodo) 4/ Les sondages archéologiques * 2 sondages distants de 4,3m ont été réalisés en bordure
  • : Niveau de tourbe beaucoup plus compacte que les niveaux supérieurs. Contient de nombreux bois horizontaux. L'interface avec la couche 3 est nette. ( -63 < Z < -98 ; ep. 35 cm). Couche 5 : Argile blanche très plastique. Nette rupture dans la sédimentation. (-98
  • tamisage (glands et noisette (?)). L'étude des macro-restes sera effectuée par M.-F. Dietch au 12 Lillemer 2001 Sondage 2 Sondage 2 Co 4 décapage 0 D4 0 D5 | Pierre Bois travaillés 1m figure 10: répartition des vestiges organiques et mobilier dans le sondage n°2 0. (mise au net
  • L. Quesnel) Co4 décapage Lillemer 2001 Sondage 2 Sondage 2 Co 4 décapage 0 figure 1 1 : répartition des vestiges organiques et mobilier dans le sondage n°2 - Co4 décapage 0. (mise au net L. Quesnel) Lillemer 2001 Sondage 2 Sondage 2 Co 4 décapage 2 Bois B7 B4 I Chêne
  • tessons vers la base de la tourbe. La présence d'un petit gobelet complet, et le fond d'un vase écrasé sur place semblent attester du faible transport qu'a subi ce mobilier après son dépôt dans la tourbe. 13 Lillemer 2001 Sondage 2 figure 14 : Répartition du mobilier archéologique
  • Dec 2 Dec 2 Dec 2 23 27 40 44 35 42 48 66 81 82 53 48 45 18 12 20 181 181 184 188 187 188 190 188 133 133 133 133 133 133 133 133 C4 Co4 Dec 0 80 85 150 113 C4 C5 C5 C4 Co4 Co4 Co4 Co4 DecO DecO DecO DecO 65 87 85 24 90 12 17 20 153 148 148 150 113 113 113 108 C4
  • Céramique Céramique Céramique Céramique Céramique Macro-reste Céramique B5 B5 B5 B5 B5 B5 Co4 Co4 Co4 Co4 Co4 Co4 Dec Dec Dec Dec Dec Dec B5 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 Décapage 50
RAP01812.pdf ((35). la voie antique Rennes/Angers. rapport de prospection thématique)
  • (35). la voie antique Rennes/Angers. rapport de prospection thématique
  • 35
  • ). ZONE DE DECAPAGE NON DESTRUCTEUR VOIE ANTIQUE RENNES-ANGERS RANNEE/MOUSSE (35), La Chaussée Surface U.S. 4 Franchissement de l'Ardenne Sondage Août-Sept. 2001 Fouille et relevé : G. LEROUX, J.-C. MEURET D.A.O. : G. LEROUX COUPE 1 COUPE 5 Us. 6 COUPE 4 Us. 7 4z o o Pieu 2
  • 2 m VOIE ANTIQUE RENNES-ANGERS RANNEE/MOUSSE (35), La Chaussée Franchissement de l'Ardenne Sondage Août-Sept. 2001 Fouille et relevé : G. LEROUX, J.-C. MEURET D.A.O. : G LEROUX 1 Nord | Pieu 1 Légende : U.S. U.S. U.S. U.S. U.S. U.S. U.S. U.S. U.S. 1 2 3 4 5 6 7 8 9
  • Direction régionale des affaires culturelles Bretagne Direction régionale des affaires culturelles Pays de la Loire inistère PROSPECTION THEMATIQUE ETUDE SUR LA VOIE ANTIQUE RENNES -ANGERS Campagne 2001 Survols aériens Sondages Responsable : Gilles LEROUX (INRAP Grand
  • Ouest) Programme n° 27 Institut national de recherches archéologiques préventives 37, rue du Bignon, CS 67737 35577 Cesson-Sévigné Cedex 2 ;■ m ?*02 SOMMAIRE Remerciements INTRODUCTION L'APPORT DES SURVOLS AERIENS L'APPORT DES SONDAGES - Chantepie (35), Le Chêne Roux Rannée
  • (35), La Bussonnière Rannée/Moussé/Drouges (35), La Chaussée Saint-Saturnin/Saint-Martin-du-Limet (53), Rochepoulain CONCLUSION REMERCIEMENTS Il s'agit tout d'abord de la Commission interrégionale de la recherche archéologique (C.I.R.A. Grand Ouest) qui a non seulement autorisé
  • La campagne 2001 marque un tournant dans l'étude de la voie antique Rennes-Angers que nous avons engagée en 1999. En effet, si les deux premières saisons ont vu nos recherches se concentrer presque exclusivement sur l'étude du tracé, que se soit sous sa forme active ou une forme
  • terroirs traversés. RENNES (Condate) 'H S) S) (Vicus sipia) vVisseiche 10 4& \P 12 (Châtelais Ché/B o-° 14 15 ON 16 50 Km Légende A Opération de sondage 1 = Chantepie (35), Le Chêne Roux I_i 2 = Chantepie (35), Le Chêne Roux/Le Bas Pâtis = Chantepie (35), Le Cormier
  • /La planche O 3 4 5 6 = Vern-sur-Seiche/ chantepie(35), Boeuves = Piré-sur-Seiche(35), Les Vergers (^) = Visseiche (35), La Basse Chaussée 7 = Rannée (35), La Bussonnière £j * 8 = Ranneée/Moussé (35). La Chaussée O O Observation aérienne O Observation de terrain 9 = Saint
  • ), Rochepoulain Louvaines (49), Les Grandes Landes Louvaines (49), La Bénardière Montreuil-Juigné/Le Plessis-Macé (49), Les Granges/La Touche-Gâts Fig. 1 : Report des différents travaux réalisés au cours de l'année 2001 sur le tracé de la voie antique RennesAngers. L 'APPOR T DES SUR VOLS
  • l'objet d'une présentation succincte s'appuyant directement sur les clichés. L'ordre des descriptions des nouveaux faits suivra l'ordre géographique du tracé, de Rennes vers Angers. Fait 1 : Chantepie (35), Le Chêne Roux, Le Bas Pâtis (photos 1 et 2) Ce cliché vient surtout confirmer
  • ; vers le nord, on ne distingue clairement qu'une bande en herbage assez large. Les sondages mécaniques effectués à cet endroit au cours du mois d'Août 2001 n'ont pas été en mesure de reconnaître complètement les niveaux d'une chaussée forcément aménagée dans le lit majeur du ruisseau
  • du Blosne Fait 2 : Chantepie (35), Le Cormier/La Planche/Soeuvres (photos 3, 4 et 5) La reconnaissance aérienne permet, présentement, de relever plusieurs anomalies visibles sur les cultures et susceptibles de conserver le souvenir des structures de la voie. Il s'agit tout d'abord
  • une raison inconnue (changement de mode de construction de la voie?). Signalons enfin la présence d'un petit enclos de plan trapézoïdal à vocation probablement funéraire sur le côté sud de la voie. Fait 3 : Vern-sur-Seiche/Chantepie (35), Boeuves (photos 6 et 7) L'intérêt de
  • . Fait 4 : Piré-sur-Seiche (35), les Vergers (photo 8) Pris directement à l'ouest du site de la Ville Connue, ce cliché permet de visualiser la poursuite de la voie vers l'ouest selon la même structure, à savoir, bande de roulement centrale, bas côtés excavés et surtout fossés
  • parallèles de limites d'emprise, particulièrement bien visibles ici. On notera également, sur le côté droit du cliché, une série de fossés perpendiculaires à la voie qui peuvent marquer le greffage de plusieurs lignes parcellaires sur la voie. Fait 5 : Piré sur seiche (35), les Grands
  • l'empierrement de la bande de roulement. Fait 6 : Visseiche (35), La Basse-Chaussée (photo 10) Ce cliché offre l'information d'un tronçon supplémentaire au tracé de la voie, entre celui de la Haute-Chaussée et celui de la Basse-Chaussée qui a fait l'objet d'une fouille préventive
  • cette autorisation auprès de l'agriculteur exploitant la parcelle. Fait 1 1 : Louvaines (49), Les Grandes Landes (photos 20 et 21) A la faveur d'un survol réalisé vers la fin du moi de juin 2001, et donc en pleine période de sécheresse, est apparue la bande de roulement rectiligne
  • ainsi réalisée serait de premier ordre. Bien évidemment seule une opération de fouille pourrait confirmer cette hypothèse. Ceci était d'ailleurs à l'ordre du jour de notre programme 2001, mais pour des raisons de calendrier nous n'avons pas entrepris ce chantier. Fait 13
  • ferrée, aujourd'hui désaffectée, épouse parfaitement le tracé antique, mais avec un décalage spatial de quelques dizaines de mètres vers le nord. Photo 1 : CHANTEPIE (35), Le Chêne Roux/Le Bas Pâtis - Plan large du secteur du franchissement du ruisseau de Blosne par la voie Rennes
  • -Angers. Bien visible, à partir de la gauche, sur un champ de blé, la trace de la voie se prolonge sur une prairie située au dessous de la route de Châteaugiron. Ce site devrait faire l'objet d'une fouille préventive au cours de l'année 2002. Photo 2 : CHANTEPIE (35), Le Chêne Roux
RAP01809.pdf (VISSEICHE (35). "Chantaleau". rapport de sondage réalisé dans le cadre de la pt)
  • VISSEICHE (35). "Chantaleau". rapport de sondage réalisé dans le cadre de la pt
  • 35
  • Fouille programmée dans le cadre d'une Prospection thématique Chantaleau VISSEICHE (Ille-et-Vilaine) Août 2001 Jean-Claude MEURET UMR 6566 Université de Nantes Plans Jean-Hubert SALLES Rennes : S.R.A. Bretagne 2001 FICHE SIGNALETIQUE IDENTITE du SITE 35 359 002 Ille-et
  • : L'OPERATION ARCHEOLOGIQUE Autorisation délivrée le 18/06/2001 par le DRAC de Bretagne ( opération n°200 1/048) Valable du 1/08/2001 au 31/08/2001. Titulaire : Jean-Claude MEURET Organisme de rattachement : Université de Nantes - U.M.R. 6566 du CNRS (Rennes) Raison de l'intervention
  • cette opération archéologique, à savoir la présence à l'intérieur de l'enclos Cl d'une tache verte, plus ou moins centrale, observée en 199 par Gilles Leroux. Nous avons procédé à un vol de vérification fin juin 2001, alors que la parcelle était en blé, et nous avons à nouveau
  • fut obtenue ; la parcelle étant cultivée en blé au cours de cette année 2001, la possibilité se présentait d'intervenir après la moisson, au cours du mois d'août. C'est donc à partir de là que nous avons formulé une demande d'autorisation de fouille auprès du Service Régional de
  • phréatique. En 1997, la construction et le creusement des lagunages au sud-ouest du cimetière ont permis de mettre au jour un petit établissement thermal ; enfin, à l'automne 2001, une prospection menée par F. Le Boulanger préalablement à la création d'un parking au nord du cimetière
  • agglomération mérovingienne et carolingienne qui fît suite à l'occupation antique et dont un fossé fut entrevu à cette occasion ; depuis, l'intervention de F. Le Boulanger en 2001 a montré d'autres traces de cet habitat haut-médiéval. Au total, Visseiche démontre une occupation longue et
  • Fer ( en datations calibrées : 800 à 523 av. J.-C. et 786 à 401 av. J.-C). L'autre comparaison concerne les vases du village du premier âge du Fer de Mez-Notariou à Ouessant (Finistère), un site d'habitat (Le Bihan, Villard, 2001) : on y trouve aussi des impressions sur la panse (p
  • d'août 2001 à Chantaleau ? Tout d'abord, sur le plan fonctionnel, il faut reconnaître qu'aucune observation directe ne permet d'affirmer avec certitude que l'enclos ait eu une vocation funéraire : pas de fosse d'inhumation, pas d'urne cinéraire, pas de dépôt de cendres évident, et
RAP01775.pdf (contribution à l'étude du mésolithique des vallées de la moyenne Vilaine et du Meu. rapport de prospection thématique)
  • 35
  • lors de prospections de reconnaissance menées ces dernières années. Les découvertes effectuées au cours de la campagne 2001 semblent confirmer la pertinence de ce choix. 1.1 Le site de Lorinou 2 (Saint-Gonlay) Le secteur de Lorinou (commune de Saint-Gonlay - 35) a été mentionné pour
  • scalène 1 Pièce esquillée 1 Eclats retouchés TOTAI TOTAL (débitage + outils > 2 4 2 6 35 168 8 2 1 206 Tableau 1 : Décompte du mobilier lithique. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 7 III ! m • • I
  • CONTRIBUTION A L'ETUDE DU MESOLITHIQUE DES VALLEES DE LA MOYENNE VILAINE ET DU MEU Stéphane BLANCHET Prospections thématiques Programme 10 : Le Mésolithique Autorisation de prospection n° 2001/006 Service Régional de l'Archéologie de Bretagne 2001 CONTRIBUTION A L'ETUDE DU
  • 2 2 ème pART )E 3 . PROSPECTIONS 2001 : LES RESULTATS 1. LE SECTEUR 1 1 . 1 Le site de Lorinou 2 (Saint-Gonlay) 1 .2 Les indices de site 4 2 . LE SECTEUR 2 9 3 ème pART | E 10 . L 'ETUDE DES MATIERES PREMIERES 1 . LA NATURE DES MATIERES PREMIERES 10 2 . L'ORIGINE DES
  • armatures géométriques anecdotiques. Etangs de la Brenière (Montbert - 44) avec présence de pointes de Chaville. L'Organais (44) Saint Melaine (Pléchatel - 35) avec présence d'une pointe de Chaville Cojou (Saint Just - 35) Le prieuré 2 (Pléchatel - 35) Pors Laëron (Perros Guirrec - 22
  • pointes à base naturelle majoritaires pointes à base retouchée minoritaires lamelles à bord abattu triangles scalènes effilés Exemples de sites Beaurade (Rennes - 35) La Gohérais (Bourg des Comptes - 35) Cap Fréhel (22) Pointe de la Varde (Saint Malo - 35) Le Coquet (Flamanville - 50
  • ) Pointe du Nid (Cancale - 35) Les industries du stade moyen se distinguent du Tardenoisien et traduisent sans doute une culture différente portée par un autre groupe humain. Là encore, le groupe sud-breton connaît sans doute une évolution locale à partir d'un substrat sauveterrien
  • . Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 1 2 . LA METHODOLOGIE MISE EN ŒUVRE La prospection au sol reste un travail indispensable et efficace pour l'acquisition des données de base mais elle présente aussi des limites et en particulier
  • être dénommés "silcrète ". Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 2 2 eme p ART | E . PROSPECTIONS 2001 : LES RESULTATS Contrairement aux années 1998, 1999, 2000 et pour des problèmes de calendrier aucun sondage archéologique
  • n'a malheureusement été réalisé en 2001. Sur le terrain, le programme de recherches est donc resté modeste et s'est limité à de simples campagnes de prospections pédestres. Ces prospections ont tout d'abord été menées afin d'étoffer des séries lithiques recueillies au cours de
  • absence de découvertes significatives correspondait à une méconnaissance de notre part du terrain et des critères d'implantation des sites mésolithiques sur ce secteur. A l'issue de cette campagne 2001, qui s'avère également décevante en ce qui concerne la vallée du Meu, nous devons
  • vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 3 intervenus dans des paysages semblables à ceux rencontrés dans la vallée de la Vilaine (cluses, abrupt, vallées encaissées...). 7 Figure 1 : Localisation des zones prospectées (trame grise). 1 . LE SECTEUR 1 Le secteur 1 couvre
  • au jour par J.L. Monnier mais surtout d'identifier un premier locus mésolithique (cf. rapport de prospection 1999) que nous appellerons locus 1. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 4 Cette année, les prospections menées de
  • 2001 5 - Le débitage La prospection a livré 197 éléments bruts de débitage (tableau 1). La série lithique recueillie est trop faible pour envisager une étude approfondie du débitage. Néanmoins, il apparaît d'ores et déjà que le mode d'exploitation du silcrère présente des
  • - nucleus globuleux ; 7 - nucleus unipolaire. Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 6 TYPE MATERIAUX DEBITAGE Silex Silcrète Quartzite Autre TOTAL Eclat d'entame épais Eclat d'entame mince 1 1 Eclat de sous entame 3
  • * | * Indices de sites 2001 . Indices de sites des années précédentes. Sites mésolithiques 2001 . Sites mésolithiques des années précédentes. Figure 4 : Carte de localisation des découvertes 2001 (en rouge). Site 1 : Les Couettes (Monterfil) ; Site 2 : La Marette (Saint Malon sur mel
  • Vilaine (10 à 20 % de matériaux concurrents). Pour le moment, nous ne pouvons tirer, de ces données qui doivent être confirmées par des prospections complémentaires, aucune Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 conclusion
  • lithiques des collecteurs tardi et postglaciaires dans le Massif armoricain et ses abords". Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 9 3 eme PART | E . L'ETUDE DES MATIERES PREMIERES Jusqu'à présent les recherches que nous avons
  • lustré) 87 78 81 85 82 Au terme de la campagne 2001, la question des matières premières connaît des avancées significatives mais gagne aussi en complexité. En effet, les échanges que nous avons entamés avec le laboratoire de Géosciences de l'Université de Rennes 1 et en particulier
  • . En effet, jusqu'à aujourd'hui aucune donnée sur la présence de cette roche au niveau du secteur 1 n'a été recueillie, ce malgré la réalisation récente Contribution à l'étude du Mésolithique des vallées de la Vilaine et du Meu - Rapport 2001 10 d'une carte géologique et malgré