Rechercher sur le site

  • Chercher les documents contenant un mot OU un autre : tapez simplement les mots à la suite => bracelet bronze
  • Chercher les documents contenant un mot ET un autre : utilisez le mot-clef AND => bracelet AND bronze
  • Chercher les documents contenant une expression exacte : taper l'expression entre guillemets => "bracelet en bronze"

11 résultats Exporter les résultats

Trier par Titre : ascendant / descendant
RAP00851.pdf (SAINT-JUST (35). Bel Air. rapport de fouille préventive)
  • SAINT-JUST (35). Bel Air. rapport de fouille préventive
  • 35
  • constituait tout d'une le couchés d'un : ce dernier de la le mur n 87 - 05 AP à Monsieur perpendiculairement du mur (35 285 bloc le posé soubassement c o m m e un autre long bloc oriental. Ces blocs pouvant éventuellement être des menhirs, une fouille de c o n t r ô
  • l e a été réalisée le 18 mars 1987, l'aide de MM D. LEROY et P. PIHUIT, o b j e c t e u r s de a f f e c t é s à la Direction L'opération des A n t i q u i t é s de a permis de avec conscience Bretagne. constater les faits suivants : Le bloc s u p é r i e u r , x 0,50
  • DES ANTIQUITES PRE HISTORIQUES D E BRETAGNE AUTORISATION TEMPORAIRE DE SAUVETAGE URGENT valable du 8 A v r i l Le Directeur des Antiquités demeurant à de B r e t a g n e 12 , square de Sendaï au confie à M . - 30 A v r i l n"87-05 AP- 1987 prénom : Olivier KAYSER
  • 35700 RENNES la réalisation d'une fouille de sauvetage archéologique à : Département : I l l e - e t - V i l a i n e Commune : Bel-Air Lieu-dit : SAINT-JUST N ° de site : 35 285 Cadastre année : 004 Section, parcelles : Zone : Coordonnées Lambert Ax: 289,65 Bx : sur un
  • Affaires Culturelles Archives de la circonscription. Fait à RENNES Je 8 avril 1987 i/Bossacx IMPLANTATION \ DU HAMEAU DE BEL-AIR (1/25 OOO) I* « j •
RAP00324.pdf (CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). Fontenay. four Provost. rapport de fouille programmée annuelle)
  • CHARTRES-DE-BRETAGNE (35). Fontenay. four Provost. rapport de fouille programmée annuelle
  • 35
  • DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE CHARTRES DE BRETAGNE ( Ille et Vilaine ) FOUILLE PROGRAMMEE D'UN SITE ARTISANAL DE POTIERS Fin Xlè - XlVè siècles PROGRAMME H 30 - ^ 1987 Responsable : F.Fichet de Clairfontaine 324 CHARTRES DE BRETAGNE ( Ille et Vilaine ) Parcelle
  • AK 52 1987 Table des matières Présentation P.l - 7 L'ATELIER I : P.8 - 25 I : 1 ' é_tijd£ dejs £tru£tures P.8 - 19 a) Le four A ( structure 3) P.8 - 10 b) Le four B .( structure 13) P.10 - 12 c) Le four C ( structure 5) P.12 - 16 d) les dépotoirs p.16 - 18 e) Les
  • - 26 P.26 - 27 P.28 P.29 - 32 _I_:_Etude_d£S_s_tructu : rej3 P.29 - 30 a) le drain ( structure - ) P.29 - 30 b) la fosse 17 P.30 I_I_:_L£ £r£duc_tion_ p ^ CONCLUSION GENERALE. P.33 t ^ CHARTRES DE BRETAGNE 1987 PRESENTATION I : Les études préalables. Mis en place
  • entre le Xllè et le XlVè s. II : La première campagne de fouilles. Celle-ci a bénéficiée d'une subvention allouée par l'Etat, Ministère de la Culture et de la Communication, abondée au cours de l'année 1987 par des subventions du Conseil Général d'Ille et Vilaine et de la commune
  • 20 caractérisés par M . LEENHARDT en Basse-Normandie ( Leenhardt, 1987 ). Cette production est caractérisée par une forte lèvre de profil carré au dessous de laquelle se développe parallèlement à la panse une bande d'argile rapportée à décor digité. Sur la dizaine d'exemplaires
  • , en novembre 1987, complétant celles de 1985, démontrent que 1' activité artisanale s'est déplacée vers l'ouest de la parcelle AK 52. On ignore où se trouvent les ateliers du XlIIè s., mais les récentes pros« pections au sol menées par A.Provost ont révélé la présence de nombreux
  • ." ( Leenhardt, 1987); ce qui se confirme pour nos deux sites. La datation peut-elle être davantage poussée.? Les ouïes à bandeau sont présentes en Normandie sur des sites des Xlè - XIIè s. Elles sont fréquentes à AppevilleAnnebault ( Eure : Fichet, 1984 ) mais y présentent déjà une lèvre
  • ( Vaucluse : Thiriot, 1987 ) et entre autre le four 187 d datable du XlIIè s. Le four 4 de Wierde en Belgique ( Lauwerijs, 1967 ) s'en rapproche. Dans ce dernier cas, il est évident que les carneaux de chauffe , du fait de leur faible largeur, n'ont pas accueilli de vases à cuire. Le
  • voutement constitué de poteries creuses retournées semble largement répandu en Europe du nord et de l'ouest. Cependant la plupart des mentions à ce sujet évoquent des fours datables des XlVè - XVè s.; ainsi le four Pinson de Saint Denis ( Meyer, 1987 ), celui de la Saulsotte et ceux de
  • drain ainsi que les fosses dépotoirs qui le longent ont livré un mobilier très important mais extrêmement fragmenté, semblable à celui recueilli en 1976. L'étude partielle dont il a été l'objet en novembre 1987, complétant celle effectuée en 1984 ( Rapport Ateliers de Potiers.., 1984
  • fouilles 1987 n'a cependant encore touché que 20 % de l'espace sur lequel se concentra l'activité artisanale. Outre les structures dont les fours de type longitudinal^, elle a livré un mobilier jusqu'alors particulièrement méconnu en Ille et Vilaine ( pour le Xllè s.) mais qui s'intègre
  • premiers résultats de la fouille, complétés par la prospection mégnétique effectuée en novembre 1987 par Ph.Lanos ( Laboratoire d'Archéométrie ), la prochaine campagne devrait permettre d'achever l'étude de l'aire de cuisson de l'atelier I et de mettre au jour les structures liées à son
  • fouilles 1976 . Le four de Bruz ( Ille et Vilaine ) Langouet, L , 1977, La poterie carolingienne de Trans ( Ille et Vilaine ), les Dossiers du C.R.A.A., p.109-142 Thiriot, J, 1987, Approche de la typologie de la production potière de Bollène ( Vaucluse ) au XlIIè s. : essai sur le four
  • , et Petit, G, 1967, Un atelier de potiers au moyen age à Wierde (Namur), Bulletin du Cercle Archéologique Hesbaye-Condroz, VII, p.11-19 Meyer, N et M, 1987, Analyse de la distribution de la céramique dans les stratigraphies de l'habitat de Saint-Denis, La Céramique (Vè - XlXè ).. p
  • .43-53. De Ridder-Blenska,G, et alii, 1977, Spatmittelalterliche Topferofen aus Hauset und Raeren. Lennhardt, M , 1987, Contribution à l'étude de l'habitat en Basse-Normandie : recherches sur la typologie et la chronologie des céramiques utilisées du Xlè au XVè siècle, La Céramique
  • PROSPECTION MAGNETIQUE réalisée rue de Fontenay à CIIARTRES-DE-BRETAGNE 1987 Le Laboratoire d'Archéométrie (Université de Rennes I) a continué la prospection magnétique de l'atelier de potier situé en la parcelle 52 de la section AK à Chartres-de-Bretagne. Le but de l'opération était de
  • déceler la présence éventuelle de structures archéologiques dans 3 carrés de 20 m sur 20 m situés immédiatement à l'ouest de la zone déjà prospectée en 1985 et partiellement fouillée durant l'été 1987. Ce rapport est accompagné d'une carte générale des isanomales (Plan 1) et d'un plan
  • importantes notées a et b. L'interprétation en est la suivante : a : Four certain important. b : Anomalie très probablement sans signification archéologique. Cette prospection met ainsi en évidence la présence d'un four exactement dans le prolongement de la zone fouillée en 1987. Compte
  • Route Fossé / / / / / / / / 17 I H 1« xU H >1 M / / / / / / / / / / / / / limile d e p a r c e l l e à l ' a p l o m b du fossé. Il 11 Z o n e f o u i l l é e e n 1987. Nord CIIARTRES-DE-HRETACNE P r o s p e c t i o n m a g n é t i q u e 1987 Intervalle : 10 g a m m a s
RAP00576.pdf (RENNES (35). la ZAC Saint-Malo ille. rapport de sauvetage urgent)
  • RENNES (35). la ZAC Saint-Malo ille. rapport de sauvetage urgent
  • 35
  • Ministère de la Culture et de la Communication Direction Régionale des Affaires Culturel les de Bretagne RENNES Z . A . (I&V) Saint-Malo C Rapport dévaluation du sous-sol Direction des archéologique Antiquités de B r e t a ^ ' 1987 ~ r RENNES, chef-lieu de
  • mis au jour au n° 25 de la rue de Saint-Malo (1987) conserva ses bâtiments à structure à pan de bois jusqu'à l'extrême fin du 1er siècle ap. J.-C.. Il ne faut pas imaginer que la nouvelle ville s'étendant sur 90 ha fut densément peuplée. Dans la partie Nord, les fouilles ont au
  • \\ \\ + + + + -*-++ n + /\\\\\\\\/V ^"v^tj^+^A Y \ \ V \T Z.A.C. SAINT-MALO - SONDAGES ARCHEOLOGIQUES I - ZONE A . Parcelle 460 2 Ouvert sur 35 m , le sondage 1 démontre l'extrême importance des niveaux antiques dans ce secteur de RENNES. Ceux-ci épais de 1,30 m en moyenne sont apparus à
  • l'extrême fin du XV11le siècle. Malgré ces travaux contemporains, les niveaux antiques ont pu être nettement différenciés et couvrent près de quatre siècles. • « • / • • • 5 GA Uo~ RENNES 1987 rue de SAINT MALO Z.A.C SAINT MALO THERMES ZONE DETRUITE FOSSE : PLAN AU DES
  • JOUR (état STRUCTURES DANS au 1 Juin LE MISES SONDAGE 1. 1987 ) mortier de chaux terre cuite TRANCHEE (DE FONDATION ?) COLLECTE^ caillou tis MUR 2 I* SOLDE pierres SOL DE CAILLOUTIS F. FICHET D.A.HP.B. MUR 1 TERRE BATTUE ZONE A .SONDAGE 1 . Vue des thermes gallo
  • 1987 gravats O AH rue de SAINT MALO sol de schist '4 > \N -fc- v\\ Z.A.C SAINT MALO — terre PLAN gravier . brune AU DES STRUCTURES JOUR DANS létat au 1 juin KSES LE SDUOASE 6. 1937) chaux — *i tu :n F.F!C->ET 0A.HP8. —¥~ t» «
  • vinaire Dressel 2/4 et de la sigillée dont un fragment provenant de la Graufesenque portait l'estampille de VIRTVS (40-80 ap. J.-C.). • !% % % 35238 AH RENNES 1987• , rue de SAINT MALO Z.A.C PLAN SAINT MALO DES STRUCTURES MISES AU JOUR DANS LE SONDAGE 7. (état au 1 juin sol
  • bord de la terrasse : + 1,20 m . Sol vierge à 2 m sous la surface actuelle (sur terrasse). n t 35238 ^ L 36.62/'- Legraverend RENNES AH 1987 rue de SAINT Z.A.C SAINT MALO MALO ETAT DES DEMOLITIONS ET SITUATION DES ARCHEOLOGIQUES SONDAGES AU V JUIN j^'^J sondage
RAP01241.pdf (REDON (35). place Saint-Sauveur - place de Bretagne. rapport de sondages)
  • REDON (35). place Saint-Sauveur - place de Bretagne. rapport de sondages
  • 35
  • reliait certainement au corps de garde qui s'appuyait aussi au rempart mis au jour en février 1987. Montée à l'aide d'un parement soigné composé de blocs de granité et de schiste équarris, cette tour est constituée d'un massif de maçonnerie épais de 3,62 m . Le sondage réalisé à son
  • Remblais / XVÏÏJ- Canalisation XUG (travaux) R E D O N : L'ENCEINTE URBAINE Base moulurée de la grande tour située place Saint-Sauveur. III - SONDAGES ARCHEOLOGIQUES SUR LA PORTE NOTRE-DAFIE (détruite vers 1763) Les sondages conduits le 3 février 1987 sur la place Saint
  • Bretagne Situation des remparts Sondages effectués en 1985 et 1987 VOIE FERREE PF.198 - P • Place Saint-Sauveur REDON PLACE SAINT -198 7. SAUVEUR TOUR XVfe ? , A) L'ENCEINTE URBAINE AUX ABORDS DE L'ABBATIALE Enserrée dans une enceinte de 950 m de développement, REDON ne fut
  • toujours une faiblesse inquiétante à l'exemple aussi de celles de DOL et CHATEAUBRIANT ; faiblesse dénoncée par les contemporains et qui ira s'accentuant à la fin du XVe par manque d'entretien. Les sondages effectués en 1985 et en février 1987 se sont appuyés sur les plans de
RAP00367.pdf (RENNES (35). les portes Mordelaises. rapport de sauvetage urgent)
  • RENNES (35). les portes Mordelaises. rapport de sauvetage urgent
  • 35
  • des Antiguités de Bretagne et la ville de Rennes d'organiser une deuxième campagne de fouilles en 1987. En 1982, Michael BATT mettait au jour un dépotoir du XIXème siècle qui comblait le fond de la tour sur une hauteur d'environ 2 mètres. (1) En 1987, la fouille avait pour but de
  • 6 ¡3 § s 35 RENNES Portes ct—l S o § s Mordelaises « LE DEPOTOIR DU XIXème SIECLE La tour est comblée par un remblai de plusieurs couches de terre noire contenant une quantité importante de céramique du XIXème Siècle.Ces couches sont séparées les une des autres par des
  • le sol sur lequel repose le parement de retenue Ml étant donné les bouleversements observés au niveau de sa fondation.Toutefois les tessons les plus récents trouvés dans le remblai adjacent nous incitent à en proposer une datation des environs du XVIIIème Siècle. 35 RENNES
RAP01063.pdf (FOUGÈRES (35). château fort. rapport de fouille préventive)
  • FOUGÈRES (35). château fort. rapport de fouille préventive
  • 35
  • Direction des Antiquités de Bretagne FOUGERES 1987 CHAT EAU-FORT 3 e me • enceinte Rapport de fouille programmée F.CHAMPAGNE 1063 *************** FOUGERES 1987 *************** En 1 3 8 7 . la D i r e c t i o n d e s A n t i q u i t é s d e B r e t a g n e a c
  • , cette et sont couche f ! - ! • (1 l1 •! F O U G H R F S CI I ATI: 1987 A U - F O R T 3ème enceinte talus Xè-XIIe Siècle (X) remblais 1173 (Y) reconstruction coupe schématique d'après les relevés hypsom étriqués P P » ïêMÏÉÎ couche d'incendie ( 1166) talus (cX
  • ) remblai s (c Y) .im^-I-A-Î) remblais XllI-XIVèS cailloutisX/V-XVèS. o m P5 trou de poteau contemporain à la palissade P7 trou de poteau contemporain à la palissade P5 trou de poteau contemporain de la palissade FOUGERES 1987 CHATEAU-FORT 3 ème enceinte couche rJTTT^ i
  • ./inflexion ext. cruche 34 C 1166 lèvre carrée ext. oule 35 C 1166 Lèvre + départ d'anse rect. inflexion int. 36 C 1166 lèvre 37 C 1166 38 cruche 3run clair gris nétérogène, Légèrement nicacée bec pincé, lèvre à faces convergentes, peu d'apex, peu lissé int., ext
RAP00954.pdf (BAIS (35). bourg Saint-Pair. rapport de sauvetage programmé)
  • BAIS (35). bourg Saint-Pair. rapport de sauvetage programmé
  • 35
  • 35 5 9 7 Communication personnelle de G. Chesnel, 1987-1989, dont je le remercie. PROU M. et BOUGENOT E., 1907. -Catalogue des deniers mérovingiens du trésor de Bais (IUe-etVilainel. Edition de 1907 avec de nouveaux commentaires et attributions parJ. LAFAURIE. Paris. BOURDE DE
  • BAIS CHAPELLE ST-PIERRE FOUILLE DE SAUVETAGE 1986-1987 PHILIPPE GUIGON 1 BAIS CHAPELLE ST-PIERRE FOUILLE DE SAUVETAGE 1986-1987 PHILIPPE GUIGON 2 PREAMBULE REMERCIEMENTS Je tiens à remercier en priorité les propriétaires des parcelles sur lesquelles s'étendit la
  • octobre 1986 et juin 1987: 151 individus furent exhumés, ainsi que l'abside de la chapelle donnant son nom à la parcelle et à l'écart. Bien que la nécropole de Bais soit inconnue de la bibliographie, les habitants du B o u r g S t - P a i r s a v a i e n t " d e p u i s t o u j o u r s
  • plusieurs sarcophages et coffres, appartenant au groupe 1, dans une salle aménagée par la Mairie de Bais; M. Patrick FORGET est le responsable de l'aménagement muséographique de cette salle municipale. GUIGON P.. BARDEL J.-P. et BATT M., 1987. -Nécropoles et sarcophages du haut Moyen
  • ; GUILLOTIN DE CORSON, 1880-1886, op. cit., t. IV, p. 94. Communication personnelle de J.-C. Meuret, octobre 1987, dont Je le remercie. 8 LE CADRE ARCHEOLOGIQUE Lors de prospections réalisées dans les champs au nord de la C h a p e l l e St-Pierre, jusqu'à Cap, G. Chesnel a ramassé des
  • . Glot, avril 1987, dont Je le remercie. DURAND M., 1988. -Archéologie du cimetière médiéval au sud-est de l'Oise. Relations avec l'habitat et évolution des rites et des pratiques funéraires du VIe au XVIe siècle. Revue archéologique de Picardie. numéro spécial, p. 193. longueur T
  • que des coffres en ardoise, il n'est pas rare qu'un seul panneau tienne lieu de séparation 38 39 GUIGON et al 1987, p. 145. Communication personnelle de J.-C. Meuret, octobre 1987, dont je le remercie. 11 commune à deux tombes, que ce soit un panneau latéral (T.95 à 97 et 106
  • de voir clair comme en plein jour dans les fosses qu'il avait comblées. La terre humide du cimetière était, pour ses yeux, transparente comme de l'eau". 50 51 52 53 GIF 7527; analyse de G. Dellbrlas le 24 Juin 1987, dont Je la remercie. Salin, 1949-1959, op. cit.. t. II. p. 354
  • asymétriques ont toutes les caractéristiques des fibules ansées symétriques, décor, forme des "têtes", à part les digitations, spécifiques aux fibules asymétriques du VI e siècle. P. Périn 5 4 pense qu'il pourrait s'agir "de pièces de 54 Communication personnelle, Juillet 1987, dont Je le
RAP00414.pdf (TRESSÉ (35). le bas Rouault. rapport de fouille programmée annuelle)
  • TRESSÉ (35). le bas Rouault. rapport de fouille programmée annuelle
  • 35
  • L'ATELIER DE TUILIER GALLO-ROMAIN AU BAS-ROUAULT EN TRESSE (Ille et Vilaine). (Campagne de fouille - 1987) Françoise LE NY Laboratoire d'Archéomctric, Université de Rennes I L'ATELIER DE TUILIER GALLO-ROMAIN AU BAS-ROUAULT EN TRESSE (Ille et Vilaine). (Campagne de fouille
  • - 1987) Françoise LE NY Laboratoire d'Archcométrie, Université de Rennes I SOMMAIRE Introduction I Organisation de la fouille II Déroulement de la fouille III Structures de l'atelier découvertes en 1987 - A Le four 1) Introduction 2) Le dernier état a) Description c) Typologie 3) Le
  • et 1987 - B L'aire de chauffe (Fait stratigraphique N° 1) 1) Description 2) Materiel 3) Fait stratigraphique - C Le sol d'occupation (Fait stratigraphique N°2) 1) Description 2) Fait stratigraphique - D Le bassin (Fait stratigraphique N°3) 1) Description 2) Matériel 3) Fait
  • grâce au matériel découvert, l'extension en 1987 de la zone fouillée a permis le dégagement de structures nouvelles. Nous souhaitions, cette année, atteindre quatre buts : - dégager l'ensemble de la structure du four ce qui n'avait pas été réaliser entièrement l'année dernière et
  • nous avons réaliser en juillet 1987. • I I ORGANISATION DE LA FOUILLE L'exploration archéologique de l'atelier de tuilier gallo-romain, découvert en 1986 et situé au BasRouault en Tressé (Ille-et-Vilaine) s'est poursuivie en juillet 1987, sous.la direction de françoise Le Ny
  • , étudiante en thèse d'Archéométrie à l'université de Rennes I. Les divers dégagements ont été réalisés avec l'aide de différents fouilleurs bénévoles (11 en 1987) - François BARBIER, Etudiant à l'université de Rennes I (Chimie) - Philippe CHEVEREAU, Salarié - Louis GOULPEAU, Responsable
  • . Fig. A : Plan d'organisation de la fouille. En fin de chantier, le four avait été recouvert afin de le protéger des intempéries hivernales et rendre le champ aux activités agricoles. En Juillet 1987, l'élargissement du secteur du fouille (12 m. x 12 m.) a permis, entre autre, la
  • sections. - IV LES STRUCTURES DE L'ATELIER DECOUVERTES EN 1987 -A) LE FOUR 1) Introduction Le four a été édifié à l'extrémité est et dans la partie la plus profonde d'une excavation de forme ovale (plus de 12 m. x 5 m.), creusée dans le substratum constitué d'arêne granitique
  • sa destruction, au type rectangulaire II-E (LE NY, 1987). Ce type de four est basé sur un principe de construction simple ; la sole, de dimensions importantes, est supportée par des murets de soutènement reliés entre eux par des arcs de voûte qui préservent un couloir central de
  • ajoutés des briques posées transversalement aux tegulae. Ces murets mesurent 60 cm de long et 33cm de large. Ils sont conservés sur une hauteur de 35 cm. Ils reposent directement sur le dallage et ne sont donc pas encastrés dans ce dernier. Les conduits de chaleur sont formés par
  • pas. Puis le four a été abandonné tel quel. Le four a été réutilisé ensuite comme dépotoir. 7) Correspondance stratigraphique entre 1986 et 1987 - A l (1986) = la et l b (section 1-100,1-102) (1987) la - lb (section 1-100, H-100, 1-101) : présence, dans une terre brune et meuble
  • encore plus fragmentés (lb). La couche est, à cet endroit, peu épaisse, elle se poursuit en H-102 (= A l ) . • A2 (1986) = la (section H-100) (1987) la (section H-100) : gros blocs de granité empilés les uns sur les autres sur un espace assez restreint et selon un fort pendage nord
  • 1-100,1-101, H-101)(1987) l d (section 1-101) : Terre cendreuse de couleur noire et très friable, contenant des matériaux de construction moins fragmentés qu'en lb. Cette umche correspond à la partie sud-sud ouest de A3. - A4 (1986) = l h (section I-100)(1987) l h : Couche
  • d'argile crue de couleur grise à verdâtre très compacte. Cette argile contient quelques petits fragments de matériaux de construction. - A5 (1986) = Murs de la façade de l'alandier (sections 1-100,1-102) (1987) Murs de façade : au nivau de la couche A5 (1986), nous avons trouvé les murs
  • de façade de l'alandier. I l est probable que la couche A5 ait été constituée par la destruction des parois de l'alandier. - A6 (1986) = l i (section 1-100,1-101)(1987) l i : Cette unité stratigraphique, située surtout en 1-101, c'est à dire face à l'alandier, est une couche
  • l'alandier que l'arc de voûte a été retrouvé in situ. - A7 (1986) = l g (section 1-100,1-101)(1987) lg : cette unité stratigraphique composée de différentes couches de cendres se trouvent au niveau de A7. Mais ces deux couches ne sont pas en correspondance stratigraphique. Elles sont
  • , le long des parois nord et sud de la fosse ainsi que le long de la paroi est. Là, le bord de la fosse a été doublé d'un massif de tegulae et de briques. - Structures du four découvertes en 1987 : dégagement dans la zone ouest des deux parois de l'alandier et de sa façade composée
RAP00510.pdf ((35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire.)
  • (35). le bassin de Rennes. rapport de prospection inventaire.
  • 35
  • Rapport Rennes 1987 La Prospection - Inventaire du Bassin de Rennes RAPPORT 1987 Textes de : Alain PROVOST, Bernard LEPRETRE, Jean-Michel COLLET avec la participation des Prospecteurs : Anneix Pierrick - Godichon Nicole Aubrée Pierre - Leblay Huguette Aubry Laurent - Le
  • , Direction des Antiquités de Bretagne Claude LE POTIER, Archéologue Patrick LE BOUTEILLER Dactylographie : Sylvie GRUEL SOMMAIRE 1 - LA PROSPECTION ARCHEOLOGIQUE DU BASSIN DE RENNES EN 1987 2 - RENNES ET SON ENVIRONNEMENT RURAL A L'EPOQUE GALLO-ROMAINE 3 - LE PROJET DE
  • PROSPECTION INVENTAIRE EN I988 - I989 h - PROPOSITION D'UNE METHODE DE RENTABILISATION DES SURVOLS AERIENS DU BASSIN DE RENNES 5 - INVENTAIRE La prospection arcbéolofîia ue dans le bassin de Rennes en 1987 La prospection archéologique dans le bassin de Rennes a 10 ans. En 10 ans 2
  • 35 - lile-et-Vilaine Golf, loisirs et habitat mélangés à Bruz Un projet digne de la Floride RENNES. - Le projet de zone de loisirs a dominante golflque dans le secteur La Chaise-Clcé, en Bruz, prend forme. Il fut présenté dans ces colonnes au printemps dernier et on annonçait le
  • de loisirs et d'heoitet LA PROSPECTION EN 1987 1 - Les Moyens mis en oeuvre La Prospection de surface : 15 prospecteurs ou groupes de prospec- teurs ont participé aux recherches de surface : tion des sites, enquêtes, localisa- collecte au sol. L'implantation relativement
  • importante en comparaison avec Corseul où la ceinture de "Villae" suburbaines est à moins de 2 Km de la ville (LANGOUET, 1987 ) et, doit être prudent dans l'interprétation, si l'on compte-tenu des limites exposées ci-dessus, nous pouvons apporter des éléments de réponse à ce relatif
  • Romaine, Les Bibliophiles de Bretagne, Brasparts I983. LANGOUET, 1987 : L. LANGOUET, Les Coriosolites , Ce RAA, St MALO , I987. PROVOST, 1984 : A. PROVOST, L'Archéologie gallo-romaine du Bassin de Rennes. L'Apport de la prospection au sol, in La Prospection Archéologique en Haute
  • -Bretagne, Dossiers du Ce RAA n°G, 1984. PROVOST, LEPRETRE, 1987 : A. PROVOST, B. LEPRETRE, La prç^ction Archéologique dans l'arrondissement de Rennes de 1984 à 1986. B.S.A.I.V. t.LXXXIX, 1987. L'ETAT DE LA PROSPECTION DU DASSIN DE RENNES EN 1987 Le Projet de Prospection Inventaire
  • au sol notamment. - recueillir les moyennes pluviomé triques sur les 10 dernières années afin d'établir une année standart. - recueillir l'information sur la pluviométrie, par quinzaine à partir de septembre 1987. Durant l'expérimentation, d'autres facteurs comme les maladies des
  • : 1987, E2 , 2 ^3, 261 , 262, 263, 26*», 282, ... El, 327, 328, 339, 3M ■ 3 ^2, 3^3, 3 ^8, 3U9, coord. lamb. II : x = 292,150 y = 364,600 ... 6 GEVEZE - LA CHAMPIONNIERE 1 - 2 : haches polies 3 t tesson à bouton k : tesson à impressions digii 5 : fusaîole 6 - 7 î lames de
  • tessons localisés sur la à 70 m environ au Nord des enclos. * indices phy tologiques sur orge - fossés d'enclos - 3 le blé voisin ne montre rien. prosp. : cad. : 1972, A. PR0V0ST E2, !*35 coord. lamb. II î x = 300,750 y = 36'»,'t50 juin I987 MELESSE - Les Petites
  • réalité ou non. prosp. : A. PROVOST, cliché vol du cad. : 1980, ZH ; 6,44 coord. lamb. II : x = 293,550 y = 346 . 13 juillet 1987 - Sur orge ,550 CORPS-NTJDS - La Rouaudais ! gisement de Tégulae de moyenne densité. A prospecter à nouveau afin d'en apprécier l'extension et la
RAP00335.pdf (NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). la Guyaumerais. rapport de sauvetage programmé.)
  • NOYAL-CHÂTILLON-SUR-SEICHE (35). la Guyaumerais. rapport de sauvetage programmé.
  • 35
  • 1987. A l'issue de ces k ans de fouilles intensives, dotées de moyens inédits en Bretagne, nous avons le sentiment d'avoir globalement atteint les objectifs du programme et répondu à la problématique définie à l'origine du projet et infléchie ou précisée à l'issue de chaque campagne
  • : fouille de la "Pars Rustica" - 1987 ; fouille de la "Pars Urbana" et des abords nord du site (parcelles AP 95 et AP 208 - 209) L'Equipe de fouille - Alain PROVOST, responsable de la fouille, Archéologue Contrat AFAN - Patrick LEBOUTEILLER, Vacataire scientifique AFAN (1) - 2 équipes de
  • Archéologiques du Pays (1)- du 1er janvier au 30 juin. (2)- pendant les accor F. Le D é p a r t e m e n t La D i r e c t i o n en vacances scolaires et universitaires. de Rennes. pour La Fouille de 1987. problématique, contraintes et méthodes Problématique Définie
  • après réponses d'appréciation caractérisation structures "Pars du principales. l'occupation fin des la antérieurs de la meilleure préciser recommandations 1987•portant deux apporter une les habitats démolition devaient selon de des était - romanisation
  • SEICHE La Guyomerais 1987 PLI plan général de la fouille Centre de Recherches Archéologiques du Pays de Rennes pars urbana f t S: ï Fouille de la Résidence Etat des Vestiges I 1 C\ Fouille du p u i t s h KTIJI) K AT?CI l EOl-OGIi, U15 I0 L ' E S PACE AP 2 0 8 partie
  • eau claire, eau et source sa d'une - de fouille poulie Cette pierres a néces- sur fouille cheva- s'est dé- 1987. S tructure Son diamètre interne entre 0,80 m et 0,90 m est régulier de haut en bas ; sa profondeur atteint 3 < 50 m. Le puits est creusé dans
  • n'appelle pas à priori de remarques particulières. CHATiLLON/SEICHE La Guyomerais 1987 AP 208-209 Fosse gallo-romain précoce 8001 £ 8004 A ^ Sf V 7^8002 substrat NGF 23-00 "f NGF 22-00 1m CHATILLON/SEICHE La Guyomerais 1987 AP 208-209 PUITS aspect de surface CHAT1LL0N
  • / SEICHE La Guyomerais 1987 AP 208-209 PUITS coupe schématique NGF 23-10 !CJ C7 8101 ; • ~~ ' ."/argilejaune 8102 8103 8104 ,1m 8105 g a b a r i t (bois) 8106 ^"substrat NGF 19.60 - PUITS - Stat de surface 11 II-ème PARTIE L'ESPACE AP_91 Les sondages préparatoires
  • , fumigées dont 1 vase Ménez 146 b (35 à 70 ap. J.C.). couche inférieure i 7 430 : argile et schistes en plaquettes, du substrat, à charbons de bois. Dans cette couche, une fumigée (Ménez 55) est datable de l'époque Tibéro-Claudienne. . Ce fossé qui présente 2 phases est le
  • . et mé tailes centes de TIBERE aux FLAVIENS de Gaule Centrale î D.15/17 5 D.16 ; D.18/31 de G a u l e d u Sud : D.15/17 ; D.22 ; D.18/31 î D.35/36 ; D.24/25 ; D.27 ; D.35/36 ; Ritt 12 ; D . 1 9 mé tailes cente à couverte sablée, à décors d'épingles. fumigée : (0-70 ap. J.C
  • Gaule du Sud - D.35/36 de Gaule Centrale - Métallescente de Gaule Centrale fumigée et cér. com. . En conclusion de la description de l'ETAT II on notera esseij tiellement, dans un environnement encore fortement marqué par la 1 culture indigène (enclos à fossés), une romanisation
  • tuiles. Cet ETAT II, phase de transition entre la ferme indigène et 1 villa au sens strict s'achève pendant la période flavienne. îctshI a a a Murs de la phase 1 « .. ~ « conservés à la phase 2 Adjonctions de la phase 2 CHATILLON/SEICHE La Guyomerais 1987 AP 95 ETAT I I : Ali
  • Gaule du Sud : Drag. 42 T.S. de Gaule Centrale : D.35/36 ; D.37 ; Curie 15 ; Curie 2 1 fumigée, cér. commune et un denier d'argentSol 7 2 16 - Sol de galets aménagé directement sur le vieux sol cou vert par une couche d'occupation (7 203-7 215) remblayée par des gr vats et un remblai
RAP00355.pdf (MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.)
  • MORDELLES (35). Sermon. rapport de sauvetage programmé.
  • 35
  • PROGRAMME H 16 MORDELLES ( 35 ) SERMON SITE GAULOIS ET TEMPLE CELTO-ROMAIN RAPPORT DE SAUVETAGE PROGRAMME POUR 1987 MICHAEL BATT DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE DIRECTION DES ANTIQUITES DE BRETAGNE MORDELLES (ILLE-ET-VILAINE) A SERMON SAUVETAGE PROGRAMME 1987
  • Michael BATT - I.T.A. Fig 1 35 MORDELLES-Sermon. a -,->'->. HVieUBv"' les Gusts tngnac \ J! ¡' /" r P//C - lesees' ' ' JLJ Localisation du site Fig 2 Fig 1 « 35 MORDELLES-Sermon. Its Guns, •QHViette,^ la Bisse iOnllonnais li Moulin 3 Vent UaWbl^T^., du BoBtril
  • \-j , ..Ai Moulin. Cramoux ^Cfafnoux ij. ' la Haute3l .i.Cammerais Fig 2 Rapport de la fouille d'un site gaulois et temple gallo-romain 1987 En 1987, la Direction des Antiquités de Bretagne a poursuivi la fouille de sauvetage programmé du site de Sermon en Mordelles (I Ile-et
  • Riedones (trouvailles à mettre en rapport avec celle d'un trésor monétaire gaulois découvert à Mordelles au siècle dernier). La campagne de 1987 a eu pour objectif d'approfondir l'étude du temple celto-romain et de suivre le développement des occupations de la Tène III et gallo-romaines
  • au nord et à l'ouest du temple. L'intervention sur le terrain a eu lieu en deux phases, du 13 avril au 25 avril 1987 et du 7 septembre au 2 octobre 1987. Celle-ci a pu avoir lieu grâce à la municipalité de Mordelles, propriétaire du terrain de fouilles, qui a mis à notre
  • septembre 1987 a vu une sécheresse avec parfois des températures maximales de 27° C) grâce au concours dévoué des bénévoles suivants : Liste des fouilleurs BORDAIS Hervé - étudiant BREGEON Véronique - infirmière CARRE Emmanuelle - étudiante CÛAJOU Dominique - manipulatrice radio
  • projet routier. Seule la parcelle 372 était disponible à l'époque pour étude, la parcelle voisine D 373 ayant été récemment replantée. Mise en oeuvre du chantier 1987 ( Fig 4 ) En 1987, la troisième campagne de sauvetage programmé a vu : I - La continuation de l'étude archéologique
  • construit en partie sur un fossé (n° 9 ) de la Tène III, caractérisé par des tessons de céramique gauloise tardive. I - Fouille du temple 1987 (fig. 5 cliché 3 ) L'étude archéologique a continué à l'intérieur de cet édifice et a livré en 1988 un remplissage très homogène d'argile
  • moins importante de schiste bleu en épandage. La fouille et interprétation de cette zone ont été rendues extrêmement difficiles par la sécheresse du mois de septembre 1987, ou nous avons rencontré des difficultés pour distinguer les différences de couleur des couches. Malgré les
  • : 1ère ...moitié du 1er siècle ap. J.-C.. Voir REES Sian (1979) (Tig. 51). L : 110 mm ; I : 35 mm (à l'entrée de la douille). 4 - Pointe de lance (fig. 12) Inédit dans l'Ouest de la Gaule, fréquent en Bretagne insulaire sur les sites de la conquête Claudienne de Hod Hill, Ha-m Hill
  • DES FIBULES CATALOGUE N°s 1 - 2 par J.-Y. COTTEN N°s 3 - 6 par M. BATT. Fig. 14, n° 1 : type de La Tène Moyenne 22-04-87, 35-196-012/30/38, zone AD 07, terre végétale à la limite d'un fossé du parcellaire actuel. Bronze portant une belle patine verte brillante, bien conservée
  • -ardillon, brisé avant la bague le fixant d'ordinaire au sommet de l'arc ; ce fragment s'orne d'une protubérance à facettes, de section grossièrement quadrangulaire. Longueur totale d'origine indéfinie ; longueur conservée = 58 mm. Fig. 14, n° 2 : type Feugère n° 1401 35-196-012/36/37
  • . Fig. 16, n° 3 : Vase globulaire avec anses sur l'épaule non renfoncé en pâte sablonneuse non tourné. Un exemplaire semblable a été trouvé à PRAT (Côtes-du-Nord) par M. BARDEL lors des fouilles de sauvetage urgent en 1987 qui présente les mêmes caractéristiques mais avec une lèvre
  • AMPHORES Plusieurs fragments d'amphores ont été recueillies sur la zone fouillée au Nord du temple en 1987. Dans la plupart des cas on n'a pu reconstituer entièrement la forme. A partir de la grande majorité des fragments, il est possible d'identifier les formes suivantes : Non
  • micacée de texture hétérogène. 21 LES MONNAIES DU SITE DE SERMON A MORDELLES En 1987 huit monnaies gallo-romaines ont été recueillies, ce qui fait un total de quinze monnaies localisées sur le site depuis la campagne de 1986. Sur cet ensemble, deux sont de l'époque gauloise et sur
  • toujours de type inédit dans l'Ouest de la Gaule et en Grande-Bretagne romaine. L'extension de la fouille de la structure même en 1987 a apporté des renseignements supplémentaires. La cella et sa galerie sont, d'après les données de la fouille, contemporaines vu la régularité
  • d'épaisseur des murs et vu le type de matériaux de construction utilisés. L'annexe à l'Est, rectangulaire, montre par son plan des murs plus larges. La fouille de 1987 a montré que l'annexe était antérieure à la construction de la galerie : les murs Nord et Sud ne sont pas imbriqués dans
  • dans le sol. L'extension de la fouille au Nord du temple en 1987 et au Sud de la fouille en 1985 a montré une continuation du système de fossés rencontré en 1985. Cette zone a livré une quantiré de céramique gauloise tardive qui confirme encore la présence d'une activité importante
  • -British Iron tools, fittings and weapons in the British Museum. REES (S.), 1979, Agricultural Implements in Prehistoric and Romano Britain, British Archaeological Reports 69 (i). | Zone \ fouillé r ~ 11985 \Fouilles y987 Bâtiment OpkjaV/o-Romain Fouilles \l986-7 35 MORDELLES Sermon
  • . \ Implantation fouilles 0 i 372 des archéologiques 50m l \ Fossé 3 Figi, Fóssé 4 35 MORDELLES-Sermon Pian des structures fouillées 1985-7. 0 •sse 3 F ¡g 5-6 35 MORDELLES Sermon Zone fouillée 19867 Plan des structures fossé 9 fouillées 1= cave à pommier 2= schiste bleu 3